L'affaire Mediaset en Cassation: la parole à la défense de Berlusconi

31/07/13 à 20:09 - Mise à jour à 20:09

Source: Le Vif

Les avocats de Silvio Berlusconi vont tenter mercredi d'empêcher la confirmation par la Cour de cassation de sa condamnation pour fraude fiscale, qui constituerait une première pour l'ex-chef du gouvernement italien et fragiliserait la coalition au pouvoir.

L'affaire Mediaset en Cassation: la parole à la défense de Berlusconi

© Reuters

La décision est attendue jeudi après-midi, selon plusieurs médias italiens qui citent des sources anonymes de la Cour de cassation ou se livrent à des calculs sur les temps nécessaires pour chaque étape judiciaire. Dans cette affaire, le Cavaliere a été condamné, en première instance comme en appel, à quatre ans de prison et cinq ans d'interdiction d'exercer une fonction publique.

Mardi, le procureur Antonio Mura a accusé M. Berlusconi d'être "le concepteur du mécanisme de fraude fiscale" au sein de son empire audiovisuel Mediaset. Le contrôle du Cavaliere sur ses sociétés impliquées dans ce délit a "perduré" y compris pendant la période où il était chef du gouvernement, a déclaré le procureur, en demandant la confirmation de la peine de prison mais la réduction à trois ans de l'interdiction d'exercer une fonction publique. "J'ai la sensation que le procureur n'a pas vraiment répondu aux raisons de notre recours, il a plutôt rappelé le parcours du procès", a estimé mercredi le professeur Franco Coppi, un des deux avocats du Cavaliere.

Me Coppi a estimé par la suite que sa plaidoirie et celle de son collègue, Me Niccolo Ghedini, prendraient cinq heures "au moins". Les deux tenteront de démontrer l'innocence du Cavaliere ou, dans le pire des cas, d'amener la Cour à renvoyer éventuellement l'affaire devant de nouveaux magistrats pour un autre procès en appel.

La Cour peut casser le jugement en appel - et dans cette éventualité, soit acquitter le Cavaliere, soit le renvoyer devant une nouvelle cour d'appel - ou confirmer la peine prononcée. Nul ne se hasarde à parier sur la décision de la Cour, même si le quotidien modéré La Stampa évoque "un certain optimisme sur le front berlusconien".

Nos partenaires