Kiev refuse de reconnaître le nouveau Premier ministre de la Crimée

01/03/14 à 14:32 - Mise à jour à 14:32

Source: Le Vif

Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a publié samedi un décret refusant de reconnaître le nouveau Premier ministre de la république autonome de Crimée, estimant que "sa nomination s'est produite en violation des lois ukrainiennes".

Kiev refuse de reconnaître le nouveau Premier ministre de la Crimée

© AFP

"Le gouvernement ukrainien et les autres organes du pouvoir ne doivent pas considérer Serguiï Axionov comme représentant légitime du pouvoir en Crimée. Sa nomination s'est produite en violation des lois ukrainiennes", a affirmé le président par intérim.

M. Axionov avait été élu jeudi, à huis clos, par le Parlement de Crimée, contrôlé par un commando armé pro-russe. Il a appelé samedi le président russe Vladimir Poutine à aider à restaurer "la paix et le calme" en Crimée, une demande que la Russie "ne va pas ignorer", selon un responsable de l'administration présidentielle à Moscou. Kiev accuse déjà les forces armées russe d'"invasion" en Crimée, péninsule russophone dans le sud de l'Ukraine, qui abrite la flotte russe de la mer noire.
Dans la foulée de l'élection de M. Axionov, le Parlement de Crimée avait voté la tenue d'un référendum pour accorder davantage d'autonomie à cette péninsule pro-russe en proie à des tensions séparatistes.

Sergiï Axionov a annoncé samedi que ce référendum, initialement prévu le 25 mai, aurait lieu dès le 30 mars, "compte-tenu de la situation et comprenant que le conflit a dépassé les limites du bon sens". La seule question de ce référendum doit être la suivante: "Etes-vous pour la souveraineté étatique de la Crimée au sein de l'Ukraine ?", c'est-à-dire un renforcement de l'autonomie de la Crimée au sein de l'Ukraine.

La Crimée a déjà le statut de république autonome au sein de l'Ukraine. Depuis deux jours, des commandos de soldats non identifiés ont pris position autour des institutions locales et des aéroports de Simféropol et Sebastopol.

En savoir plus sur:

Nos partenaires