Juncker "certain" qu'il sera le prochain président de la Commission si le PPE l'emporte

21/05/14 à 17:24 - Mise à jour à 17:24

Source: Le Vif

Le candidat démocrate-chrétien à la présidence de la Commission, Jean-Claude Juncker, s'est déclaré mercredi "certain" d'accéder au poste si son parti l'emporte aux prochaines élections européennes.

Juncker "certain" qu'il sera le prochain président de la Commission si le PPE l'emporte

© Image Globe

Interrogé sur les doutes émis à ce sujet par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, il a simplement répondu: "J'en suis certain".

Pour la première fois dans l'histoire des élections européennes, les principales familles politiques ont toutes désigné, avant le scrutin des 22 au 25 mai, un candidat à la présidence de la Commission. Les démocrates-chrétiens (PPE) ont choisi Jean-Claude Juncker, les socialistes Martin Schulz, les libéraux Guy Verhofstadt, les écologistes le duo José Bové et Ska Keller, et l'extrême gauche Alexis Tsipras.

Mais Herman Van Rompuy, qui présidera les délibérations au cours desquelles les chefs d'Etat et de gouvernement choisiront leur candidat-désigné, n'est pas certain que le lauréat sera retenu dans cette liste. Il a suggéré n'être pas certain de pouvoir réunir une majorité en faveur d'un candidat.

Les différents candidats, en particulier M. Schulz, le président sortant du Parlement européen, ont quant à eux souligné que l'assemblée ne pourrait accepter aucune autre personnalité. M. Juncker a abondé dans ce sens mercredi, bien que très laconiquement.

Le Luxembourgeois s'est exprimé à ce sujet lors d'un point de presse au Sofitel de Bruxelles, en conclusion d'un tour d'Europe de six semaines au cours duquel il a participé à huit débats télévisés, donné 27 conférences de presse et 350 interviews.

Il était arrivé place Jourdan à bord d'un autocar à son effigie, acclamé par quelques dizaines de sympathisants. Ces derniers ont également parcouru l'Europe pour soutenir sa campagne, notamment au Royaume-Uni, bien que le PPE n'y compte pas de parti membre.

Van Rompuy temporise

Le prochain président de la Commission ne sera pas choisi par les chefs d'Etat et de gouvernement dès mardi, lors du dîner extraordinaire convoqué au surlendemain des élections européennes, a annoncé mercredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

"Ce sera trop tôt pour décider sur les noms. Nous parlerons du processus", indique-t-il dans une lettre d'invitation aux dirigeants de l'Union.

L'organisation de ce dîner par M. Van Rompuy avait pourtant été perçue comme une manière de cadenasser rapidement la procédure de désignation du président de la Commission.

Le Parlement européen, qui exige que le lauréat soit retenu parmi les personnalités choisies à l'avance par les familles politiques européennes, avait réagi en programmant une conférence des présidents mardi matin.

La lettre de M. Van Rompuy semble indiquer que le bras-de-fer attendu entre les deux institutions pourrait se prolonger pendant plusieurs semaines.

Nos partenaires