"J'ai mis ma fortune au service des enfants défavorisés"

02/09/16 à 09:23 - Mise à jour à 04/09/16 à 09:47

Source: Le Vif/l'express

Devenu riche à moins de 40 ans, le "serial entrepreneur" Alexandre Mars a créé Epic, une fondation qui met en relation des philanthropes et des associations dignes de confiance. Et applique au secteur caritatif les méthodes des start-up.

Qu'est-ce qui retient chacun d'entre nous de donner davantage ? L'avarice ou l'indifférence ?

Ni l'un ni l'autre. Avant de lancer ma fondation, j'ai procédé comme un entrepreneur, en réalisant ma propre " étude de marché " afin de cerner les attentes des donateurs potentiels. Il y a cinq ans, je suis parti à la rencontre de dizaines de personnes qui consacraient déjà une partie de leurs ressources aux autres. A la question " Pensez-vous avoir fait suffisamment ? " 95 % d'entre eux répondaient non. Et quand je leur demandais pourquoi, les trois mêmes réponses revenaient sans cesse. D'abord " Je n'ai pas confiance ", car les gens s'interrogent sur la façon dont les associations caritatives gèrent l'argent. Puis " Je ne sais pas vers qui me tourner " : les causes et les organismes sont nombreux, difficile de s'y retrouver. Et enfin " Je n'ai pas le temps de chercher ". Ces arguments expliquent pourquoi on donne principalement à ce que l'on comprend bien - l'école de ses enfants ou l'hôpital local, par exemple - et dans des proportions inférieures à ce que l'on pourrait se permettre.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires