Israël reconnaît l'assassinat d'Abou Jihad, le numéro 2 de l'OLP

01/11/12 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Le Vif

Israël reconnaît pour la première fois l'assassinat du numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Abou Jihad, en 1988 à Tunis, selon des extraits d'un article publiés jeudi par le quotidien israélien Yediot Aharonot, à paraître vendredi.

Israël reconnaît l'assassinat d'Abou Jihad, le numéro 2 de l'OLP

© Image Globe

Le journal indique avoir été autorisé à publier les détails de cette opération à la suite de six mois de négociations avec la censure militaire.

L'opération contre Abou Jihad, de son vrai nom Khalil al-Wazir, dans la nuit du 15 au 16 avril 1988, à Tunis, où s'était installée l'OLP, visait à décapiter la première Intifada palestinienne, qui avait éclaté en décembre 1987, dont il était un des dirigeants extérieurs.

Elle a été conduite par 26 membres des commandos de l'état-major, l'unité la plus prestigieuse de l'armée, alors dirigés par Moshé Yaalon, actuel ministre des Affaires stratégiques, sous le commandement de Nahoum Lev.

Dans une interview réalisée avant sa mort, en 2000, et publiée pour la première fois, Nahoum Lev a raconté au Yediot Aharonot que le commando, débarqué secrètement sur la plage, s'était divisé en deux groupes.

Le premier, composé de huit hommes et dirigé par Nahoum Lev, s'est rendu à bord de voitures jusqu'à 500 mètres de la résidence d'Abou Jihad.

Accompagné d'un soldat déguisé en femme, afin de passer pour un couple en balade nocturne, Lev tenait une boîte de chocolats dans laquelle était dissimulé un pistolet muni d'un silencieux.

Il a d'abord abattu un garde ensommeillé dans une voiture, puis le second groupe s'engouffre dans la villa après en avoir forcé l'entrée.

Masqués, ces commandos tuent un second garde qui venait de se réveiller et n'a pas eu le temps de dégainer son arme. Un jardinier, qui dormait dans la cave de la villa, est aussi tué.

Un de ses camarades le précède dans les escaliers jusqu'à la chambre à coucher d'Abou Jihad "et a tiré le premier sur lui".

"Apparemment, il (Abou Jihad) avait un pistolet. J'ai tiré sur lui, une longue rafale, en faisant attention de ne pas blesser son épouse qui était apparue, et il est mort. D'autres combattants ont également tiré pour s'assurer qu'il était mort", a-t-il ajouté.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires