Irma et ses vents à 295 km/h ont frôlé Porto Rico, Barbuda totalement dévastée

07/09/17 à 07:03 - Mise à jour à 07:03

Source: Afp

L'ouragan de catégorie 5 Irma a frôlé mercredi soir le nord du territoire américain de Porto Rico, avec des vents soufflant à 295 km/h, provoquant des coupures de courant et des fortes précipitations, même si l'oeil du cyclone est resté au large de l'île.

Irma et ses vents à 295 km/h ont frôlé Porto Rico, Barbuda totalement dévastée

Puerto Rico © AFP

Le service météorologique de Porto Rico a mis en garde contre des "conditions très dangereuses sur toute l'île", et a étendu jusqu'à 23H15 locales son alerte aux crues subites.

Aux alentours de 19H00 locales, Irma est passé à quelque 50 kilomètres au nord de l'île, et se déplaçait à la vitesse de 26 km/h vers l'ouest et la République dominicaine. Selon le Centre national des ouragans (NHC) américain, Irma frappera les côtes de la Floride en toute fin de semaine.

Plus de la moitié de la population de Porto Rico se retrouve sans électricité et des rivières sont sorties de leur lit dans le centre et le nord de cette île de plus de 3 millions d'habitants.

Un état d'urgence sanitaire a été déclaré à Porto Rico et aux îles Vierges par le ministre américain de la Santé, Tom Price.

La petite île de Barbuda "totalement dévastée"

La petite île de Barbuda, dans les Caraïbes, a été "totalement dévastée" par le passage de l'ouragan Irma, qui a causé la mort d'une personne, a annoncé mercredi à la télévision publique le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, "mais le puissant ouragan de catégorie 5 a causé des destructions telles que l'île qui compte environ 1.600 habitants "n'est plus qu'un tas de décombres".

Avec ses vents de près de 300 km/h, Irma a également balayé l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, faisant six morts côté français et se dirige désormais vers la Floride, dans les sud-est américain.

"Je n'ai jamais vu une telle destruction", a confié Gaston Browne à CNN après avoir visité l'île, affirmant que "95% des propriétés à Barbuda sont endommagées". "L'infrastructure est endommagée, toutes les institutions, l'hôpital, les écoles. Ca brise le coeur".

Et au vu de "l'ampleur de la dévastation, je suis surpris qu'on n'ait pas davantage de morts", a assuré le Premier ministre de cet archipel des Antilles comptant un peu moins de 100.000 habitants.

Selon l'estimation qu'il a pu faire en se rendant sur place mercredi, après qu'Irma eut balayé l'île dans la nuit, "environ 20, 30% des propriétés sont totalement démolies".

Les services de télécommunications sont également hors d'usage et l'aéroport n'est plus en état d'accueillir des vols, coupant quasiment l'île du reste du monde, a-t-il ajouté.

Six morts sur la partie française de Saint-Martin

Au moins "six morts" sont à déplorer sur la partie française de l'île de Saint-Martin, après le passage de l'ouragan Irma, a annoncé mercredi Eric Maire, le préfet de la Guadeloupe, un département d'Outre-mer français proche. "95%" de la partie française de l'île de Saint-Martin est détruite, et la partie néerlandaise est coupée du monde.

"Le bilan n'est pas définitif. Nous risquons malheureusement de faire d'autres découvertes", a précisé le préfet à des journalistes. Le précédent bilan donné par le ministère français des Outre-mer faisait état "d'au moins deux morts et deux blessés graves" sur les deux îles de Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

En outre, la partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin est "détruite à 95%" après le passage de l'Ouragan Irma, a indiqué mercredi soir le président du Conseil territorial local, Daniel Gibbs.

"C'est une catastrophe énorme. (...) Je suis sous le choc. C'est affolant", a déclaré le président du conseil territorial, ancien député de la collectivité, joint sur son portable par Radio Caraïbes International.

Le ministre des Affaires intérieures néerlandais, Ronald Plasterk, a pour sa part indiqué que la partie néerlandaise du pays était "coupée du monde". La piste aérienne a été très endommagée et l'entrée au port s'avère très difficile. L'électricité et les lignes de communication sont coupées. Il n'est à ce stade pas possible pour les autorités néerlandaises de fournir des informations sur d'éventuelles victimes.

Les militaires néerlandais cherchent à avoir une meilleure idée de la situation via des patrouilles au sol et le survol de la zone ravagée en hélicoptère.

Une réunion d'urgence aura lieu à 10h00 jeudi au Pays-Bas, présidée par le Premier ministre.

Nos partenaires