Irak : la chute et fin de Maliki

15/08/14 à 09:15 - Mise à jour à 09:15

Source: Le Vif

Nouri al-Maliki, qui a abandonné le pouvoir jeudi après avoir été lâché par ses plus proches alliés, sera passé en huit ans de l'homme de compromis à celui qui a conduit l'Irak au bord du gouffre, en excluant notamment les sunnites.

Irak : la chute et fin de Maliki

© Reuters

Agrippé jusqu'au dernier moment au pouvoir, il avait rejeté lundi la nomination de son successeur, Haïdar al-Abadi, un membre de son parti, allant jusqu'à dénoncer une "violation de la Constitution" menée avec le soutien des Etats-Unis. Mais lâché de toute part, par ses alliés américain, iranien, ou des membres de son propre parti, il a finalement dû abdiquer.

Discret, voire totalement dénué de charisme, affectant généralement une mine grave derrière ses lunettes, M. Maliki est sorti de l'ombre en 2006 après avoir milité en exil contre le président Saddam Hussein renversé dans la foulée de l'invasion américaine en 2003. A l'époque, ce chiite, aujourd'hui âgé de 63 ans, affirmait avoir accepté le poste de Premier ministre par sens du devoir plus que par ambition politique, mais il est devenu depuis le dirigeant de l'Irak démocratique à avoir le plus longtemps occupé le pouvoir. S'il avait les faveurs des Etats-Unis en 2006, des responsables américains n'ont cessé de le critiquer depuis le début en juin dernier de l'offensive des jihadistes sunnites, qu'il est accusé d'avoir alimentée par sa politique confessionnelle.

Né dans une ville à majorité chiite au sud de Bagdad, Twaïrij, M. Maliki a rejoint le parti islamique Dawa -le plus ancien mouvement d'opposition à Saddam Hussein- alors qu'il était à l'université. En 1979, après l'interdiction du Dawa, il fuit le pays. Condamné à mort par contumace selon son parti, il s'installe en Iran puis en Syrie d'où il milite pour la chute du dictateur, en coordonnant notamment des raids en Irak. Après le renversement de Saddam, il revient en Irak. Elu à la tête de la Commission de la sécurité du Parlement transitoire en 2005, il est l'un des instigateurs d'une loi antiterroriste particulièrement répressive. Il fait également partie, de 2003 à 2004, du comité chargé de purger l'appareil de l'Etat des anciens membres du parti Baas, dissous. En 2006, il succède à Ibrahim al-Jaafari, Premier ministre chiite décrié pour son communautarisme par les Kurdes et les sunnites.

Les combats que se livraient alors milices chiites et extrémistes sunnites sur fond d'occupation américaine font sombrer le pays dans le chaos et on reproche à M. Maliki son manque d'autorité. Mais en 2008, il lance une violente offensive pour réprimer les milices armées. Le succès de l'opération lui vaut les applaudissements de toutes les communautés et renforce son image de leader nationaliste ayant su faire baisser les violences. Cependant, les analystes estiment que ce recul des attaques est davantage dû à une présence renforcée des forces américaines et une volte-face de tribus sunnites anciennement favorables à Al-Qaïda puis ralliées aux forces étrangères.

Fort du succès de sa coalition aux élections provinciales de 2009 et de l'amélioration de la situation sécuritaire, M. Maliki parvient à se faire réélire lors des législatives de 2010, en présentant une liste interconfessionnelle. Mais, le second mandat de M. Maliki a surtout été marqué du sceau de la crise perpétuelle, entre les tensions avec la région autonome du Kurdistan, l'impossibilité de faire voter des lois d'importance au Parlement et la résurgence des dissensions entre sunnites et chiites, qui s'accentuent après le départ des troupes américaines en 2011. A partir de 2012, les violences retrouvent des niveaux jamais vus depuis 2008. M. Maliki, pointé du doigt, reste imperturbable et impute cette recrudescence à des facteurs extérieurs, dont la guerre en Syrie voisine.
Au lieu de tendre la main aux sunnites, comme le lui enjoint la communauté internationale, il mène de larges opérations conduisant à des centaines d'arrestations, attisant encore davantage les tensions.

Accusé par ses détracteurs d'autoritarisme, il n'entend pas renoncer au pouvoir après les législatives d'avril 2014, qui ont vu sa coalition remporter 92 des 328 sièges au Parlement. Mais même au sein du bloc parlementaire chiite le soutien a fini par se fissurer, l'Alliance nationale irakienne ayant finalement préféré comme candidat lundi M. Abadi, nommé aussitôt Premier ministre par le président irakien.

En savoir plus sur:

Nos partenaires