Incendie sur un ferry en Grèce: un mort mais la situation "sous contrôle"

28/12/14 à 10:02 - Mise à jour à 29/12/14 à 06:38

Source: Belga

La compagnie grecque de ferries Anek a assuré dimanche soir que la situation de son ferry "Norman Atlantic", victime depuis la nuit précédente d'un incendie qui a entraîné la mort d'un passager, était "sous contrôle" vers 18h30 GMT.

Incendie sur un ferry en Grèce: un mort mais la situation "sous contrôle"

Le ferry "Norman Atlantic" faisait route de Patras en Grèce vers Ancône en Italie. © AFP

Il n'y a plus "que de la fumée", a indiqué son porte-parole à l'agence de presse grecque ANA, et "une nouvelle tentative est en cours pour que d'autres bateaux s'approchent du 'Norman Atlantic' afin de récupérer les passagers au moyen d'échelles de corde".

La compagnie grecque, qui loue le ferry à son propriétaire italien, a confirmé qu'un remorquage du bateau avait commencé mais "s'est arrêté car la corde du remorqueur a cassé". Un peu plus tôt, les garde-côtes italiens avaient affirmé que le remorqueur Marietta Barretta avait réussi à s'arrimer au ferry.

La destination du navire, dont seules 167 des 478 personnes présentes à son bord, dont trois Belges, avaient pu être évacuées dans la soirée, n'était pas claire, a confirmé Anek. Selon elle, "les autorités italiennes continuent à insister pour remorquer le bateau vers Brindisi", en Italie, alors que l'Albanie est beaucoup plus proche.

Par ailleurs, selon Carlo Visentini, qui dirige la société italienne propriétaire du ferry, celui-ci venait de passer avec succès une récente inspection, consécutive à une réparation sur une porte coupe-feu défectueuse.

L'inspection a eu lieu le 19 décembre dans le port grec de Patras. "Des essais ont confirmé que le navire était en parfait état de marche", a-t-il dit à l'agence de presse italienne ANSA.

"Les inspecteurs avaient découvert un petit défaut dans une des portes coupe-feu, la numéro 112, située sur le pont 5, celui sur lequel le feu s'est déclaré, selon nos informations", a poursuivi M. Visentini.

"Cela a été immédiatement réparé, les inspecteurs étaient satisfaits, et le bateau a pu continuer à naviguer", a-t-il assuré.

Un mort, selon le ministère de la Mer grec

Un homme a trouvé la mort dimanche à la suite de l'incendie du ferry "Norman Atlantic" qui faisait route de Patras en Grèce vers Ancône en Italie, a annoncé un porte-parole du ministère grec de la Marine marchande et de la mer. Trois Belges figurent parmi les 466 passagers qui étaient à bord au moment où le feu a pris.

Le porte-parole a indiqué avoir obtenu cette information par les autorités officielles italiennes, et n'être en mesure de donner ni le nom, ni la nationalité de cette victime.

Il a cependant indiqué tenir de même source qu'une femme qui se trouvait au même endroit sur le bateau que la victime avait pu être sauvée et transportée à Brindisi en Italie.

L'incendie s'est apparemment déclaré dans le pont réservé aux voitures, qui contient environ 200 véhicules. Mais la chaleur a vite atteint le navire tout entier.

Les Affaires étrangères belges ont confirmé la présence de trois Belges à bord sans pour autant avoir pu encore les localiser. "Nous restons en contact avec les autorités italiennes et grecques", a souligné Michael Mareel, porte-parole des Affaires étrangères.

Une opération de sauvetage est en cours, malgré des vents violents, pour tenter d'évacuer les personnes toujours à bord.

Un avion de l'armée grecque en Italie pour transférer des rescapés

Un appareil C-130 de l'armée de l'air grecque est arrivé dans la nuit de dimanche à lundi à Lecce en Italie pour récupérer des rescapés grecs du ferry en feu Norman Atlantic, a indiqué le ministère grec de la Défense.

L'avion doit transférer en Grèce des rescapés grecs, qui sont attendus à Brindisi à bord du cargo Spirit of Piraeus ou des hélicoptères qui participent à l'opération de sauvetage d'environ 300 passagers du Norman Atlantic.

Le Spirit of Piraeus, battant pavillon singapourien, était attendu à Brindisi lundi à l'aube avec à bord 49 rescapés, dont plus d'une vingtaine sont des Grecs, selon une source proche du dossier.

Depuis l'éclatement dimanche à l'aube d'un incendie à bord du Norman Atlantic sur sa route entre la Grèce et l'Italie, une gigantesque opération de sauvetage était en cours par les autorités maritimes italiennes, grecques et albanaises.

Au total 190 passagers des 478 majoritairement grecs, ont jusqu'ici pu être extirpés du Norman Atlantic, un ferry construit en 2009, battant pavillon italien et affrété par la compagnie grecque Anek, selon une dernière communication des autorités italiennes publiée à 21H30 (HB).

Selon l'agence officielle italienne (Ansa), les évacuations se font avec les rotations de six hélicoptères de la marine italienne, qui peuvent transporter au maximum six à sept personnes à chaque fois.

Des passagers de 26 nationalités, dont beaucoup de Turcs et d'Italiens, et trois Belges, étaient à bord du Norman Atlantic, dont le remorquage était envisagé dimanche soir sous la direction du navire de guerre italien San Giorgio.

Le feu sur le ferry s'est déclaré dans l'emplacement réservé aux véhicules, par une mer démontée et des vents violents, alors que le bateau assurait la liaison entre Patras, situé dans le sud-ouest de la Grèce, et Ancône, dans l'est de l'Italie.

Une noria de navires des marines italienne, grecque et albanaise, d'hélicoptères grecs et italiens, et de bateaux de commerce naviguant sur zone, participaient aux secours depuis presque 24 heures.

En savoir plus sur:

Nos partenaires