Histoire du cyclisme colombien: des coureurs en danseuse parmi les morts (4/5)

06/08/17 à 09:36 - Mise à jour à 09:36
Du LeVif/l'Express du 04/08/17

En Colombie comme ailleurs, les itinéraires des courses cyclistes sont les meilleurs des manuels d'histoire-géo. Sauf qu'ici, le peloton sillonne des paysages meurtris, à peine sortis de l'enfer de la guerre.

Ce soir-là, les coureurs et le staff de l'équipe Arroz Sonora pouvaient se croire en vacances. A la veille de la première étape du Clasico RCN, l'une des épreuves majeures du calendrier colombien, ils avaient été logés dans un hôtel au charme singulier - une demi-dizaine de bungalows disséminés dans la forêt tropicale. Ils n'avaient qu'à marcher quelques pas pour rejoindre la plage, d'où ils pouvaient observer les grands voiliers qui assuraient, cap à l'ouest, la liaison vers le Panama. La frontière se trouvait à moins de cinquante kilomètres, mais elle était infranchissable par voie terrestre. La jungle du Darien, dense, sauvage, humide, décourageait toute velléité de percée routière.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires