Heurts meurtriers entre le Liban et Israël

03/08/10 à 15:10 - Mise à jour à 15:10

Source: Le Vif

Un officier israélien, trois soldats et un journaliste libanais ont été tués dans les heurts de ce mardi après-midi. Le Conseil de sécurité doit avoir des discussions à huis-clos sur les affrontements dans la journée.

Heurts meurtriers entre le Liban et Israël

© Epa

Des affrontements ont éclaté mardi à la frontière entre le Liban et Israël. Sur le site du quotidien Yediot Ahronot, des habitants des environs évoquent des tirs, de la fumée. Et surtout une grande incertitude sur le déroulement des événements. Deux maisons ont été touchées par des tirs, alors que le bilan des affrontements évolue d'heure en heure.

Cinq morts

Côté libanais, trois soldats ont été tués, ainsi qu'un journaliste. Le journaliste, Assaf Abu Rahhal, travaille pour le journal al-Akhbar, selon une autre publication libanaise, al-Nahar. Un civil a été blessé.

Côté israélien, des soldats ont été blessés, dont un grièvement, a affirmé un responsable de services de sécurité. L'armée confirme aussi une information de la chaîne de télévision du Hezbollah Al Manar: un officier de Tsahal a été tué, il s'agit du lieutenant-colonel Dov Harari qui servait en tant que commandant de bataillon.

Comment l'affrontement a commencé

Les affrontements ont éclaté quand des soldats israéliens ont tenté d'arracher un arbre, selon des responsables militaires et de sécurité libanais, dans le secteur d'Aadaissé, à 30 km à l'est de la ville côtière de Tyr. Des soldats israéliens voulaient arracher l'arbre à l'aide d'une grue car il leur bloquait la vue, a indiqué un correspondant de l'AFP.

Les deux parties ne s'accordent pas sur la situation exacte de l'arbre... Beyrouth affirme qu'il se trouvait du côté libanais de la frontière. L'armée israélienne assure que ses forces ont essuyé des tirs alors qu'elles se trouvaient en territoire israélien en train d'effectuer ces travaux. Plus précisément, "entre la barrière de sécurité et la frontière internationale". Pour le quotidien Haaretz, il est donc "possible que les deux parties se soient affrontées à la suite d'un simple malentendu sur la position exacte de la frontière".

Autre point de discorde: chacun affirme n'avoir fait que risposter aux tirs de l'autre camp. Un responsable des services de sécurité libanais présent dans la zone a affirmé que les "soldats israéliens ont tiré quatre roquettes qui sont tombées près d'une position de l'armée libanaise à Aadaissé et l'armée a riposté". Pour la radio israélienne, en revanche, tout a commencé lorsque deux tirs de roquettes ont été lancés du Liban vers le nord de l'Etat hébreu.

Les deux pays dénoncent une agression

Les deux pays dénoncent une violation d'un même texte: la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU qui a mis fin à la guerre dévastatrice entre Israël et le groupe chiite libanais Hezbollah, en 2006. Il s'agit d'ailleurs des incidents les plus sanglants à la frontière entre les deux pays encore techniquement en guerre depuis ce conflit.


Le président libanais Michel Sleimane a dénoncé une "agression" israélienne et la "violation de la souveraineté libanaise". Le Premier ministre Saad Hariri a demandé "aux Nations unies et à la communauté internationale de prendre leurs responsabilités et de faire pression sur Israël pour stopper son agression", dans un communiqué diffusé par ses services.

Pour Israël, la responsabilité de l'incident est libanaise. Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a demandé à l'ambassadrice israélienne à l'ONU de déposer une plainte auprès du Conseil de sécurité de l'ONU. "L'affrontement est d'autant plus grave que les soldats de Tsahal travaillaient en coordination complète avec le personnel de l'ONU", estime le site du quotidien Haaretz.

Des soldats du contingent indonésien de la Force des Nations unies au Liban (Finul, forte de 12 000 hommes) auraient tenté de calmer la situation, en vain. La Finul a par ailleurs appelé à un "maximum de retenue" après ces affrontements, a affirmé le porte-parole de la force onusienne Neeraj Singh. "Notre priorité immédiate pour le moment est de ramener le calme."

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité aura des discussions à huis-clos mardi sur ces affrontements, a-t-on appris auprès d'un diplomate occidental à l'ONU. L'ambassadeur de Russie à l'ONU, Vitaly Tchourkine, qui préside le Conseil de sécurité en août, annoncera sous peu la tenue de cette réunion, a précisé ce diplomate sous couvert d'anonymat.

LeVif.be, avec Lexpress.fr

Israel - Liban : Echanges de tirs à la frontière

envoyé par LEXPRESS. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires