Grèce: "Il faut que Papandréou lâche son trône"

04/11/11 à 13:23 - Mise à jour à 13:23

Source: Le Vif

Le Premier ministre grec espère obtenir un vote de confiance ce vendredi soir au Parlement grec. Mais le divorce serait déjà consommé avec la population.

Grèce: "Il faut que Papandréou lâche son trône"

© Reuters

Exercice à haut-risque ce vendredi soir à Athènes. Le Premier ministre grec Georges Papandréou va tenter d'obtenir un vote de confiance au Parlement afin de rester en place pour lancer le plan européen anti-crise, sauver son pays de la faillite et le maintenir dans l'euro. Vaste programme. Mais dans les rues grecques, il a déjà perdu le soutien de la population. Beaucoup de Grecs estiment qu'il a surtout tenté de se sauver lui-même ces derniers jours, avant de penser à son pays.
"Il est mort politiquement mais s'accroche encore à son fauteuil. A son 'trône', titre même la presse nationale ce vendredi matin", déclare Ira Feloukatzi, journaliste grecque à Paris, notamment pour le quotidien Elefterotypia. L'idée d'un référendum sur le plan européen de sauvetage de la Grèce, avancée lundi soir avant d'être abandonnée officiellement vendredi midi, "n'était qu'un coup de poker personnel, une nouvelle magouille", juge-t-elle. Une partie de son camp politique et du gouvernement s'était d'ailleurs désolidarisée du Premier ministre dans la semaine.

"Humiliation nationale"

Plutôt que ses "magouilles", la presse grecque commente ce vendredi ses "palinodies", ou encore ses "acrobaties", dignes d'une "tragi-comédie". Mais le résultat est le même: "Papandréou nous a fichus dans le pétrin ", ajoute Ira Feloukatzi, aussi amère que la plupart de ses compatriotes. Car le jeu du Premier ministre leur a valu des commentaires cinglants dans le reste de l'Europe où les responsables politiques répétaient jeudi qu'il était tout à fait envisageable de "se passer de la Grèce".

Marie Simon

En savoir plus sur:

Nos partenaires