Grèce: 34 migrants dont 15 enfants se noient à 15 km des côtes turques

13/09/15 à 16:59 - Mise à jour à 20:57

Trente-quatre personnes, dont quatre bébés et onze jeunes enfants, sont mortes noyées dimanche au large de la Grèce après le naufrage de leur embarcation qui transportait plus d'une centaine de migrants, selon un bilan des garde-côtes.

Grèce: 34 migrants dont 15 enfants se noient à 15 km des côtes turques

© Reuters

Le bateau a coulé au large de l'île de Farmakonis, située à 15 km des côtes turques.

Quatre bébés et onze jeunes enfants - six garçons et cinq filles - figurent parmi les 34 victimes de l'embarcation qui transportait 112 migrants, selon l'agence de presse ANA.

68 personnes ont pu être secourues, et 30 autres ont réussi à nager jusqu'à la côte de cette île du sud-est de la mer Egée, ont précisé les gardes-côtes.

Par ailleurs, les recherches lancées samedi pour retrouver cinq personnes -- dont quatre enfants -- portées disparues près de l'île de Samos, dans l'est de la mer Egée, n'ont donné aucun résultat.

Plus de 2.700 migrants sont morts en Méditerranée depuis le début de l'année, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), parmi les quelque 430.000 ayant tenté la traversée dans l'espoir d'une vie meilleure en Europe. Près de 310.000 d'entre eux sont passés par la Grèce.

Athènes a rejeté dimanche comme "inacceptables" les critiques sur la manière dont le pays gère la crise migratoire.

"La Grèce applique strictement les traités européens et internationaux sans ignorer ni l'humanisme ni la solidarité", a déclaré le Premier ministre par intérim, Mme Vassiliki Thanou, en visite à Mytilène, sur l'île de Lesbos qui est l'une des premières en ligne des arrivées de migrants venus via la Turquie.

La chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays connaît un afflux sans précédent de réfugiés, avait appelé samedi la Grèce à mieux protéger les frontières extérieures de l'UE et réclamé un dialogue avec la Turquie.

"La Grèce doit aussi prendre ses responsabilités" dans la protection des frontières extérieures de l'UE qui n'est "actuellement pas assurée", a estimé la dirigeante allemande.

Avec l'AFP

En savoir plus sur:

Nos partenaires