Gaza: Tirs de roquettes et frappes aériennes reprennent en pleine trêve

19/08/14 à 17:48 - Mise à jour à 17:48

Source: Le Vif

Les hostilités menaçaient de repartir mardi dans la bande de Gaza après la reprise des tirs de roquettes palestiniennes et des frappes de représailles israéliennes, au moment même où les deux belligérants négociaient la prolongation d'un cessez-le-feu.

Gaza: Tirs de roquettes et frappes aériennes reprennent en pleine trêve

© AFP/Thomas Coex

Ces tirs et ces frappes sont les premiers actes de guerre depuis la nuit du 13 au 14 août, quand les deux belligérants s'étaient livrés à une brève démonstration de force. Mais le cessez-le-feu instauré le 11 août avait globalement été respecté depuis cette date.

On ignore dans un premier temps si les tirs et les raids de mardi représentent un accès de fièvre temporaire ou s'ils annoncent une reprise dans toute leur intensité de combats qui ont tué plus de 2.000 Palestiniens et près de 70 Israéliens depuis le 8 juillet.

Mais ils ont conduit Israël à rappeler ses émissaires dépêchés au Caire pour négocier avec les Palestiniens la prolongation d'un cessez-le-feu censé expirer ce mardi à minuit.

Trois roquettes tirées de Gaza ont visé le sud d'Israël dans l'après-midi et sont tombées dans des zones non-habitées près de Beersheva, à une quarantaine de kilomètres de Gaza, a indiqué l'armée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a aussitôt ordonné à l'armée de riposter et "de frapper les cibles terroristes à Gaza", a dit un responsable. Aussitôt, l'armée a frappé dans les environs de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, selon les témoins et les forces de sécurité palestiniens. Aucune victime n'a été rapportée dans un premier temps de part et d'autre.

Des milliers de Gazaouis fuient les abords de la frontière avec Israël

Des milliers de Palestiniens ont fui mardi des secteurs à l'est de la ville de Gaza par peur d'une reprise des frappes israéliennes contre la bande de Gaza, ont rapporté des témoins.

Un journaliste de l'AFP a vu des centaines de Gazaouis encombrés de sacs et de matelas abandonner Chajaïya pour aller s'abriter dans les écoles de l'ONU transformées en refuges.

Chajaïya, une banlieue à l'est de la ville de Gaza, fait face à la frontière israélienne et a été dévastée par les frappes israéliennes pendant la guerre.

Des témoins ont vu des milliers d'autres Gazaouis quitter les secteurs de Zeitoun et Chaaf après avoir entendu une série d'explosions.

Israéliens et Palestiniens ont repris les échanges de feu mardi malgré des négociations en cours au Caire pour transformer en trêve durable un cessez-le-feu censé expirer à minuit (21H00 GMT).

"Pas de progrès" dans les négociations de cessez-le-feu, selon la délégation palestinienne

Les négociations indirectes au Caire entre Palestiniens et Israéliens pour transformer un cessez-le-feu expirant dans 4 heures en trêve durable n'ont enregistré aucun progrès mardi, ont annoncé les négociateurs palestiniens alors que les hostilités ont repris dans la bande de Gaza.

Le fragile cessez-le-feu qui durait depuis 12 jours et qui a été prolongé de 24 heures lundi, doit expirer à minuit, heure locale (21h00 GMT). Mais dans l'après-midi, Israël a mené des raids aériens sur la petite enclave palestinienne après des tirs de roquettes de la bande de Gaza sur le territoire israélien.

"Il n'y a pas eu de progrès", a affirmé mardi Azzam al-Ahmed, le chef de la délégation de négociateurs palestiniens dans les pourparlers indirects du Caire, sous la médiation de l'Egypte.

La veille pourtant, des membres de la délégation palestinienne avaient invoqué "des progrès" pour justifier qu'ils avaient accepté de prolonger le cessez-le-feu de 24 heures.

Après que trois roquettes tirées de Gaza eurent explosé dans le sud d'Israël dans l'après-midi, sans faire de victimes, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a aussitôt ordonné à l'armée de riposter et "de frapper les cibles terroristes à Gaza". Et rappelé sa délégation de négociateurs au Caire. Leur départ n'a pas pu être confirmé ou infirmé dans la capitale égyptienne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires