Gaza: poursuite des discussions avec le Hamas en vue d'une trêve

23/07/14 à 07:07 - Mise à jour à 07:06

Source: Le Vif

Un haut responsable du mouvement palestinien Fatah a indiqué mardi que les discussions se poursuivaient avec le Hamas en vue de parvenir à un cessez-le-feu avec Israël dans la bande de Gaza, précisant que les deux parties avaient refusé une trêve humanitaire.

Gaza: poursuite des discussions avec le Hamas en vue d'une trêve

© Reuters

Azzam al-Ahmed, un conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas, a atterri de nouveau au Caire mardi, où il pourrait rencontrer le secrétaire d'Etat américain John Kerry, venu également oeuvrer en faveur de la fin des hostilités.

Le Hamas a rejeté la semaine passée une proposition égyptienne de cessez-le-feu, réclamant la levée du blocus israélien de Gaza, en place depuis 2006, la libération de prisonniers et l'ouverture de la frontière avec l'Egypte.

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal se sont rencontrés lundi à Doha, où ils ont appelé à la fin de "l'agression israélienne" contre la bande de Gaza et la levée du blocus. Ce conflit, le plus sanglant depuis 2009 dans l'enclave palestinienne, a fait plus de 620 morts palestiniens, en grande majorité des civils, et tué 29 Israéliens.

M. Ahmed a indiqué que l'Autorité palestinienne avait recommandé que la proposition égyptienne prévoie cinq jours de négociations après un cessez-le-feu.

Néanmoins, a-t-il ajouté, "le Hamas campe toujours sur ses positions. Mais nous avons accepté de continuer à communiquer avec eux, de sorte que nous pourrons peut-être nous mettre d'accord sur un texte final".

L'Egypte, voisine de l'Etat hébreu et de l'enclave palestinienne sous blocus, a longtemps été le médiateur traditionnel dans les conflits entre Israël et le Hamas. Mais la situation est désormais plus compliquée, car le Hamas a été interdit en mars en Egypte, les autorités du Caire le considérant comme un allié des Frères musulmans de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée il y a un an, et qui ont été déclarés "organisation terroriste".

En savoir plus sur:

Nos partenaires