Gaza : la majorité des victimes sont des femmes et des enfants

21/07/14 à 11:50 - Mise à jour à 11:50

Source: Le Vif

La majorité des victimes sont des femmes et des enfants à Gaza, a affirmé lundi à Genève Médecins sans frontières (MSF). L'ONG demande à Israël de cesser de bombarder les civils et de respecter le personnel médical et les structures de santé.

Gaza : la majorité des victimes sont des femmes et des enfants

© Belga Image

"Alors que le discours officiel soutient que l'offensive terrestre a pour but de détruire les tunnels, l'on voit sur le terrain que les bombardements sont indiscriminés et que ceux qui en meurent sont des civils", a affirmé Nicolas Palarus, coordinateur du projet de MSF à Gaza, cité dans un communiqué.

A l'hôpital Al-Shifa où travaille MSF, la plupart des blessés qui arrivent en salle d'urgence sont des femmes et des enfants, selon l'ONG. "En salle de réanimation des urgences, la moitié des cas sont morts dans les minutes qui ont suivi leur arrivée à l'hôpital, l'autre moitié avait besoin de chirurgie d'urgence", a précisé Audrey Landmann, coordinatrice des activités médicales de MSF à Gaza.

"Au moins la moitié d'entre eux sont des enfants", a-t-elle ajouté. Dimanche matin, une voiture MSF a échappé de peu à une frappe aérienne tombée à 300 mètres du véhicule clairement identifié. Les autorités israéliennes avaient pourtant garanti à MSF un mouvement sécurisé depuis Erez jusqu'à Gaza ville pour transporter sa nouvelle équipe chirurgicale, a indiqué l'organisation.

A l'hôpital Shifa, l'équipe MSF a vu deux ambulanciers morts et deux autres blessés alors qu'ils tentaient de ramener des blessés depuis le quartier pilonné de Shuja'iyeh.

"Les bombardements et les frappes aériennes sont non seulement intenses mais aussi imprévisibles, ce qui rend particulièrement
difficile pour MSF comme pour tous les autres médicaux de se déplacer pour apporter les soins. Les travailleurs médicaux et les structures médicales doivent être respectées, aucun tir ne devrait se produire contre ou à proximité des ambulances et des hôpitaux", a déclaré Nicolas Palarus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires