Gaza : Israël accuse Hamas de ne pas respecter une trêve

16/11/12 à 07:34 - Mise à jour à 07:33

Source: Le Vif

Deux Palestiniens ont été tués vendredi matin lors d'un raid aérien israélien sur le nord de la bande de Gaza pendant la visite du Premier ministre égyptien Hicham Qandil, ont indiqué des sources médicales palestiniennes à l'AFP.

Gaza : Israël accuse Hamas de ne pas respecter une trêve

© Reuters

"Le Hamas ne respecte pas la visite du Premier ministre égyptien à Gaza et viole le cessez-le-feu temporaire qu'Israël avait convenu d'observer lors de cette visite", avait indiqué auparavant Ofer Gendelman, un porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Une source de sécurité palestinienne a indiqué de son côté que "les avions (des forces) d'occupation ont bombardé un groupe d'habitants dans la zone de Nazila" dans le nord de la bande de Gaza.

Des sources médicales palestiniennes ont fait état de deux morts dans cette frappe. Israël avait accepté vendredi matin une trêve conditionnelle à la demande de l'Egypte.

Le Premier ministre égyptien est dans la bande de Gaza

Le chef du gouvernement égyptien, Hicham Qandil, est arrivé vendredi matin dans la bande de Gaza, cible d'une série de raids israéliens meurtriers depuis mercredi, a indiqué une source au sein des services de sécurité du Hamas qui contrôle l'enclave palestinienne.

"L'Egypte va intensifier ses efforts pour mettre fin à cette agression et parvenir à une trêve durable", a déclaré M. Qandil lors d'une visite dans un hôpital de Gaza en compagnie du chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, où il a vu des victimes des raids israéliens.

Israël, qui a mené de nombreux raids à l'aube, a indiqué avoir accepté de suspendre, à la demande de l'Egypte, son intense offensive aérienne contre la bande de Gaza pendant la visite du Premier ministre égyptien, qui doit durer trois heures, selon un haut responsable israélien. "Israël a indiqué que les forces israéliennes cesseraient le feu à condition qu'il n'y ait pas de tirs hostiles de Gaza vers Israël pendant cette période", a précisé ce haut responsable sous couvert de l'anonymat.

Ni la branche armée du Hamas ni les autres groupes armés de Gaza n'ont réagi pour indiquer s'ils comptaient cesser le feu ou pas, et des correspondants de l'AFP ont entendu ce qui semblait être des tirs de roquettes après l'arrivée de M. Qandil, sans qu'ils soient revendiqués par un groupe dans l'immédiat.

L'Egypte, dirigée par Mohamed Morsi, un islamiste idéologiquement proche du Hamas au pouvoir à Gaza, a rappelé jeudi son ambassadeur en Israël et lancé des contacts tous azimuts pour faire cesser les raids contre la bande de Gaza.

L'armée israélienne a commencé à mobiliser 16.000 réservistes dans le cadre de l'opération militaire "Pilier de défense", a indiqué une porte-parole de l'armée.

Une courte trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accepté de suspendre une intense offensive aérienne contre la bande de Gaza pendant la visite vendredi du Premier ministre égyptien Hisham Qandil, a annoncé à l'AFP un haut responsable israélien.

"Le Premier ministre Netanyahu a répondu favorablement à une demande égyptienne de cesser le feu pendant la visite à Gaza ce (vendredi) matin du Premier ministre égyptien, une visite censée durer environ trois heures", a-t-il précisé.

Par ailleurs, l'aviation israélienne a procédé à de nouvelles violentes frappes tôt vendredi matin sur la bande de Gaza, dont plusieurs ont touché la ville même de Gaza, selon l'AFP sur place et le ministère de l'Intérieur du Hamas. "Il y a eu 130 raids durant la nuit" a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère, Islam Shahwan.

Les raids ont détruit un bâtiment administratif du ministère de l'Intérieur, servant notamment pour le renouvellement des passeports, dans le quartier de Tel al-Hawa, a précisé le porte-parole.

Des témoins ont affirmé que des terrains d'entraînement utilisés par des groupes armés palestiniens avaient été détruits lors des dernières frappes israéliennes.

Le porte-parole des services d'urgence du Hamas, Adham Abou Selmiya, a fait état de 19 tués palestiniens, dont plusieurs enfants, et 235 blessés.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires