Gaza : Il faudra "des mois" pour réparer les infrastructures

17/08/14 à 19:16 - Mise à jour à 19:16

Source: Le Vif

Il faudra "des mois" pour réparer les infrastructures de la bande de Gaza endommagées ou détruites depuis le début de l'offensive israélienne, a estimé dimanche à Téhéran la patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valérie Amos.

Gaza : Il faudra "des mois" pour réparer les infrastructures

© AFP

"Les dégâts sur les hôpitaux, écoles, et les locaux de l'UNRWA (l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens) où les déplacés avaient trouvé refuge prendront des mois à être réparés", a déclaré Mme Amos, en visite pour deux jours à Téhéran. Elle doit discuter avec les autorités iraniennes des crises humanitaires majeures dans la région, à Gaza, en Syrie et en Irak. A Gaza, "les opérations de l'ONU continuent, y compris la fourniture de nourriture, d'eau et de produits de consommation. Des médicaments et du carburant sont distribués aux hôpitaux", a-t-elle dit. Au total, 97 installations de l'UNRWA ont été endommagées à Gaza, notamment des centres de santé, des centres de distribution et des écoles, dont certaines servent d'abri humanitaire pour les quelque 250.000 Palestiniens déplacés. Une offensive israélienne lancée le 8 juillet contre la bande de Gaza a tué au moins 1.980 Palestiniens, majoritairement des civils. Côté israélien, 67 personnes ont été tuées, dont trois civils. Mme Amos a rappelé les "déclarations fermes" de l'ONU sur "les violations des lois humanitaires internationales et des lois sur les droits de l'Homme par toutes les parties" à Gaza. "La protection des civils doit être reconnue par tous les pays et tous les groupes armés actifs sur le terrain", a-t-elle souligné. "Nous reconnaissons tous que tous les Etats-membres de l'ONU ont échoué dans leur capacité à trouver" une solution politique au conflit israélo-palestinien, a-t-elle regretté, alors que des discussions très indécises sur le maintien d'un cessez-le-feu précaire ont repris dimanche au Caire. En Syrie, 11 millions de personnes ont toujours besoin d'aide humanitaire, dont 241.000 dans des zones "assiégées", a indiqué Mme Amos. L'acheminement de l'aide est entravé par "l'insécurité, la fragmentation des groupes armés et les obstacles administratifs imposés par le gouvernement", a-t-elle ajouté. Elle a salué le rôle de l'Iran, principal allié régional du régime syrien, "et d'autres pays ayant de l'influence" sur les deux camps qui ont permis à l'ONU d'avoir "un meilleur accès à certaines zones". Mais il reste "un grand nombre de gens" que l'ONU ne peut atteindre, a-t-elle déploré.

En savoir plus sur:

Nos partenaires