Fusillade de Parkland : les écoles américaines prennent leurs propres mesures de sécurité

05/04/18 à 08:50 - Mise à jour à 08:50

Depuis la fusillade qui a fait 17 morts dans une école de Parkland (Floride), certains établissements scolaires ont décidé de prendre leurs propres mesures de sécurité : des sacs transparents aux seaux de pierres dans les classes, les écoles multiplient leurs initiatives.

Fusillade de Parkland : les écoles américaines prennent leurs propres mesures de sécurité

Face aux violences lors de la fusillade à Parkland, les écoles ont décidé de prendre des mesures pour assurer la protection des élèves. © Reuters

Ce lundi 2 avril, les classes du Marjory Stoneman Douglas High School se sont à nouveau remplies depuis la fusillade qui a fait trembler ses fondations en février dernier. Les étudiants de ce lycée de Parkland reprennent doucement le chemin de l'école, un sac bien particulier sur le dos: fabriqué avec du plastique transparent, tout le monde peut voir ce qu'il contient.

Ces sacs à dos d'un nouveau genre sont obligatoires, une mesure de sécurité prise à l'unanimité par la direction de l'école qui estime qu'exposer ainsi le contenu du cartable peut empêcher un élève d'apporter une arme au sein de l'établissement.

Une décision qui, bien que vantée par le sénateur de Floride, Marco Rubio, ne fait pas l'unanimité auprès des élèves, rapporte le Huffingtonpost. Dans plusieurs posts sur Twitter, on peut lire par exemple: "Ce sac contient tout ce que les hommes politiques aiment à part de l'argent", ou encore "Les sacs à dos transparents sont idiots".

Des cailloux en Pennsylvanie

Dans les 200 classes du Blue Mountain School District, en Pennsylvanie, c'est la roche qui forme la défense des professeurs et de leurs élèves. En cas de fusillade, un seau rempli de pierres est à leur disposition, soigneusement rangé dans les placards.

"Si un intrus armé tente de pénétrer dans l'école, il fera face à une salle de cours pleine d'étudiants armés de pierres, et il sera alors lapidé", a déclaré le directeur de l'établissement, David Helsel, dans des propos rapportés par The Independent. "Nous ne voulions pas que nos élèves soient des victimes sans défense", a-t-il ajouté. "Les pierres de rivière étaient mon idée. Je pensais que ce serait plus efficace que de jeter des livres, des sacs de livres ou encore des agrafeuses".

D'après un article du site d'infos 20Minutes, le directeur s'est exprimé dans un communiqué publié sur la page web du district et dans lequel il explique que cette mesure n'est prévue que "comme un outil de dernier ressort". Les bâtiments sont déjà sécurisés avec des systèmes de surveillance et de verrouillage automatique des portes.

Des tableaux pare-balles face au fusil d'assaut

La réponse choisie par une école de Berlin (Maryland) face aux violences répétées est l'installation de tableaux de classe capables de stopper les balles. À la Worcester Preparatory School, il y a un tableau pare-balle disposé dans chaque classe.

Il s'agit d'une plaque de polyéthylène (un plastique très utilisé) qui mesure 50 centimètres sur 45. Il ressemble ainsi aux autres tableaux, à la différence que celui-ci est capable de résister aux balles de fusils d'assaut.

Cette décision, c'est le proviseur Barry Tull qui la prise il y a cinq ans : "Si jamais toutes nos autres mesures de sécurité échouent, si quelqu'un parvient à entrer dans l'établissement, et s'approche des classes, au moins les professeurs ont quelque chose à attraper, et qui pourra protéger les élèves" a-t-il expliqué à Franceinfo.

Décision radicale : armer les enseignants

Pour rappel, Donald Trump avait envisagé la possibilité d'autoriser le port d'armes pour certains enseignants. D'après lui, les lieux où les armes sont interdites sont plus à même d'attirer les "maniaques" : "Si les écoles sont mandatées pour être des zones où les armes sont bannies, la violence et le danger sont invités à entrer. Quasiment toutes les fusillades en milieu scolaire ont lieu dans des zones sans armes. Les lâches iront seulement là où il n'y a rien pour les dissuader", tweetait-il le 12 mars dernier.

D'après un article du Figaro, certaines organisations, comme la Brady Campaign To Prevent Gun Violence, ont déclaré que le plan d'action de Donald Trump était "incroyablement pitoyable". Des propos soutenus par Chuck Schumer, chef de file de l'opposition démocrate au Sénat, qui estime que ces mesures ne sont que "des petits pas, visant à ne pas contrarier la NRA".

Chavagne Mailys

Nos partenaires