Fusillade à Orlando : Barack Obama condamne un acte de "terreur et de haine"

12/06/16 à 20:42 - Mise à jour à 21:48

Source: Belga

Le président Barack Obama a condamné dimanche la pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis - "un acte de terreur et de haine" - , qui a fait 50 morts dans un club gay de Floride.

Fusillade à Orlando : Barack Obama condamne un acte de "terreur et de haine"

Barack Obama. © AFP

"Aucun acte de terreur et de haine ne peut changer qui nous sommes", a affirmé le président lors d'une très brève allocution en direct de la Maison Blanche. Le président Obama a estimé que "le FBI (la police fédérale, Ndlr) avait bien fait d'ouvrir une enquête pour terrorisme".

Il a également ordonné que les drapeaux sur tous les bâtiments fédéraux soient mis en berne en hommage aux victimes.

Le tireur a été identifié par les médias comme Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, âgé de 29 ans. Le tireur a agi seul et a été tué lors d'un échange de coups de feu avec la police. Il aurait fait allégeance au groupe Etat islamique lors d'un appel au numéro des services d'urgence 911, selon CNN et NBC. Outre les 50 morts, le massacre a aussi fait 53 blessés, selon le dernier décompte des autorités, qui ont lancé un appel aux dons du sang.

Le monde condamne la tuerie d'Orlando et exprime sa "solidarité"

De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement ont condamné dimanche la pire tuerie de masse de l'histoire des Etats-Unis et qui, selon l'agence Amaq, liée au groupe Etat islamique, a été perpétrée par "un combattant de l'EI".

- Le président français, François Hollande, dans un communiqué "condamne avec horreur la tuerie (...) et exprime le plein soutien de la France et des Français aux autorités et au peuple américains dans cette épreuve."

- Le Premier ministre britannique David Cameron, sur son compte Twitter, se dit "horrifié par les récits de la tuerie de cette nuit à Orlando. Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles."

- Le pape François, via son porte-parole Federico Lombardi, déclare que "le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando et qui a fait de très nombreuses victimes innocentes a suscité (...) des sentiments très profonds d'exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d'une folie meurtrière et d'une haine insensée".

- Le président russe Vladimir Poutine, dans un communiqué du Kremlin, parle de "crime barbare" et présente ses condoléances aux familles des victimes.

- Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, dans un communiqué, exprime sa solidarité avec "la communauté LGBT et le peuple américain", affirmant que "la terreur et la haine ne nous changeront pas. Les membres de l'Otan restent unis face au terrorisme".

- Le président du Conseil italien Matteo Renzi, sur son compte Twitter, exprime la "solidarité et (l')émotion du gouvernement italien pour l'atroce massacre d'Orlando en Floride. Notre coeur est avec nos frères américains."

- Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, sur son compte Twitter, "condamne vivement l'odieuse attaque d'Orlando. Ensemble, continuons à combattre pour la liberté, contre la haine et la barbarie. L'Espagne est avec les Etats-Unis".

- Ashraf Ghani, le président de l'Afghanistan, le pays d'origine de la famille du tueur présumé, Omar Mateen, sur son compte Twitter, "condamne cette horrible attaque à Orlando, rien ne peut justifier de tuer des civils. Mes pensées vont aux familles, aux victimes, ainsi qu'au peuple et au gouvernement américains".

- Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans un communiqué : "Au nom du peuple et du gouvernement israéliens, je présente mes plus sincères condoléances au peuple américain après l'horrible attaque de cette nuit contre la communauté LGBT d'Orlando".

- Enfin, le Premier ministre belge Charles Michel, en anglais sur son compte Twitter, se dit "profondément attristé par la perte de tant de vies innocentes dans la tuerie d'Orlando. Nous nous joignons à la douleur des familles."

Nos partenaires