Fukushima : fumée au-dessus réacteur 2, mais arrêtée au-dessus du réacteur 3

21/03/11 à 09:42 - Mise à jour à 09:42

Source: Le Vif

En fin d'après-midi, de la fumée a commencé à s'échapper également du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fukushima mais celle qui sortait du réacteur 3 s'est arrêtée. "Vers 18H20 (10H20 HB), une fumée blanche a commencé de sortir d'une fissure dans le toit du réacteur 2", a précisé un porte-parole de l'Agence de sureté nucléaire.

Fukushima : fumée au-dessus réacteur 2, mais arrêtée au-dessus du réacteur 3

© EPA/TEPCO

Des travaux de réparation étaient alors en cours au niveau de ce réacteur afin de remettre en service une partie des équipements, notamment dans la salle de contrôle.

Deux heures auparavant, une autre fumée, passant du gris au noir, avait commencé à s'échapper du réacteur 3, mais elle n'a pas duré. "Tepco nous a informés que de la fumée noire provenait du réacteur 3, mais elle s'est arrêtée à 18H02 et le niveau de radiation est resté stable", a affirmé un porte-parole de l'Agence.

"A 15H55 (06H55 GMT), nous avons reçu un rapport de la centrale indiquant qu'une fumée grise s'échappait du toit du réacteur 3. Nous avons ordonné l'évacuation des ouvriers qui se trouvaient à proximité", a déclaré un responsable de Tepco.

L'Agence n'a pas donné d'explications sur l'origine de cet incident, mais selon les spécialistes, il ne s'agissait pas de vapeur mais d'une fumée provenant de quelque chose qui a brûlé.

Le réacteur 3 a subi les plus lourds dégâts après le séisme et le tsunami du 11 mars: le toit du bâtiment supérieur a été entièrement détruit par une forte explosion la semaine dernière en raison d'une accumulation d'hydrogène consécutive à des opérations de dépressurisation.

Il est le également le plus inquiétant car il contient du combustible MOX, mélange d'oxydes de plutonium et d'uranium issu de produits de recyclage, dont les rejets sont considérés comme plus nocifs que ceux provenant d'un combustible à base d'uranium.

Le Premier ministre Naoto Kan a déclaré lundi que les efforts entrepris pour stabiliser la situation de la centrale permettaient de progresser, lentement mais de façon régulière.

Les six réacteurs ont ainsi été connectés à l'alimentation électrique, mais les équipements doivent être testés par les techniciens avant d'être alimentés, pour éviter un court-circuit. Selon la télévision publique NHK, ces vérifications pourraient encore prendre deux à trois jours.

Le système de refroidissement du seul réacteur 5, à l'arrêt pour maintenance lors du séisme et qui n'a pas subi d'explosion, fonctionnait normalement lundi.

Un responsable de l'Agence de sûreté nucléaire a annoncé que la salle de contrôle du réacteur 2 pourrait être remise en service dès lundi. "Il est possible que certains équipements puissent fonctionner aujourd'hui, comme par exemple le système de climatisation et de ventilation", a-t-il expliqué.

La salle de contrôle du réacteur 2 pourrait fonctionner en partie lundi

La salle de contrôle du réacteur 2 de la centrale accidentée de Fukushima (nord-est du Japon) pourrait fonctionner en partie lundi, a annoncé un responsable de l'Agence de sûreté nucléaire.

"Il est possible que certains équipements puissent fonctionner aujourd'hui, comme par exemple le système de climatisation et de ventilation, qui est doté de filtres à charbon, ce qui contribue à bloquer les particules et l'iode radioactifs dans la salle de contrôle", a-t-il expliqué lors d'un point de presse.

Et d'ajouter: "cela va grandement améliorer l'environnement de travail des techniciens".

"Parmi les équipements qui pourraient être remis en service, figurent aussi les instruments de mesure de la température et de la pression", a aussi indiqué ce responsable.

Une nouvelle ligne électrique installée vendredi permet d'acheminer l'électricité jusqu'aux installations électriques du réacteur 2 depuis dimanche, mais les équipements ne sont pas encore remis en service, en raison des multiples vérifications nécessaires.

Plusieurs composants importants, notamment pour les pompes, doivent être changés, ce qui requiert du temps pour les faire venir, a expliqué le responsable.

Il est possible qu'il faille encore plusieurs jours avant de réactiver les pompes et l'ensemble du système de refroidissement.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires