François Hollande à la veille d'une conférence de presse des plus ardues

13/01/14 à 09:45 - Mise à jour à 09:45

Source: Le Vif

Trois jours après les révélations de Closer sur sa liaison prêtée avec l'actrice Julie Gayet, la conférence de presse de François Hollande prévue mardi s'est encore compliquée.

François Hollande à la veille d'une conférence de presse des plus ardues

© Reuters

L'exercice s'annonce rude pour François Hollande. À 48 heures d'une conférence de presse considérée comme un rendez-vous politique majeur la tâche du président de la République s'est encore compliquée, avec l'annonce de l'hospitalisation de sa compagne Valérie Trierweiler, après les révélations sur sa liaison supposée avec l'actrice Julie Gayet.

Valérie Trierweiler a été "hospitalisée vendredi" pour "prendre du repos et subir quelques examens", a indiqué dimanche son cabinet de l'Elysée, confirmant une information du Parisien. Elle devrait quitter l'hôpital lundi.

Son hospitalisation est intervenue quelques heures après la parution du magazine people Closer prêtant au chef de l'Etat une liaison avec la comédienne Julie Gayet. Le magazine y a consacré sa Une et sept pages de photos dans son édition papier de vendredi. L'une d'elles montre un homme portant un casque intégral et sortant d'un immeuble pour enfourcher un scooter portant sur son pare-brise une vignette apposée sur les véhicules du personnel de l'Elysée. Il s'agit, selon Closer, de François Hollande quittant le pied-à-terre parisien où il retrouvait l'actrice.

Dans une passe difficile alors que l'inversion de la courbe du chômage fin 2013 sur laquelle il s'est solennellement engagé n'est pas acquise (les chiffres de décembre sont attendus à la fin janvier, ndlr), François Hollande entend profiter de sa conférence de presse pour donner un nouvel élan à son quinquennat face à quelque 600 journalistes français et étrangers.

"Parler de la France"

Il devrait en particulier détailler la "méthode" et le calendrier du nouveau "pacte de responsabilité" qu'il propose aux entreprises avec moins de charges et de contraintes en échange de davantage d'embauches et de dialogue social. Plus généralement, François Hollande exposera "toute sa vision pour l'année 2014, en termes principalement économiques et sociaux", a indiqué son entourage. Son message pourrait être toutefois troublé par les révélations sur sa vie privée. Discrète jusque là, l'opposition s'est exprimée dimanche par la voix du patron de l'UMP, Jean-François Copé, qui a jugé "tout cela désastreux pour l'image de la fonction présidentielle" tout en se déclarant "très attaché au respect de la vie privée". Propos "indignes", a répliqué auprès de l'AFP le premier secrétaire du PS, Harlem Désir.

Chantal Jouanno (UDI), ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, a estimé que François Hollande sera "obligé de clarifier sa situation, d'autant que cela a un impact protocolaire indéniable". Des médias se sont aussi interrogés sur le propriétaire de l'appartement dans lequel se retrouveraient François Hollande et Julie Gayet au 20 rue du Cirque, à deux pas de l'Elysée.

On "s'en fout"

Dans les rangs de la majorité, l'ex-compagne de François Hollande et candidate à la présidentielle de 2007, Ségolène Royal, a pour sa part estimé qu'il fallait "tourner la page" et "se remettre au travail", non sans lâcher une pique: "Personne ne nie qu'il y a un peu de temps qui a été perdu". La conférence de presse de mardi "est faite pour parler de la France et des sujets qui concernent les Français", a également tenté de recadrer le ministre de l'Agriculture et proche de François Hollande, Stéphane Le Foll. Sans détours, Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), a dit à propos de la vie privée du président: "Je m'en fous". "Trois Français sur quatre s'en foutent et je fais partie de ces Français-là", a-t-elle balayé. Selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche, l'affaire n'a eu aucun impact sur l'image du chef de l'Etat pour 84% des personnes interrogées contre 13% qui estiment qu'elle l'a changée en mal et 3% en bien.

En savoir plus sur:

Nos partenaires