France: premières expulsions de Roms jeudi

17/08/10 à 15:52 - Mise à jour à 15:52

Source: Le Vif

Les premières expulsions de Roms en situation irrégulière en France vers leurs pays d'origine, la Roumanie et la Bulgarie, auront lieu jeudi, a annoncé mardi le ministre français de l'Intérieur, Brice Hortefeux.

France: premières expulsions de Roms jeudi

© Reuters

Le ministre, en déplacement à Toulon (sud-est), a précisé lors d'un point de presse que 51 camps illégaux avaient été démantelés cet été à travers la France. "En tout, ce sont quelque 700 Roms qui seront raccompagnés dans leurs pays d'ici la fin du mois", en avion, a-t-il affirmé, précisant que les vols auraient lieu les 19 et 26 août, un troisième étant prévu pour "fin septembre".

Outre ces expulsions en série, le président Nicolas Sarkozy, qui vient d'annoncer un nouveau tour de vis sécuritaire, a récemment prévenu qu'il entendait priver de la nationalité française certains criminels d'origine étrangère.

Paris a été vivement critiqué à l'ONU pour le lien établi entre immigration et insécurité. En France, le pouvoir est accusé par la gauche de promouvoir un "racisme d'Etat" et sa politique est désormais jugée "choquante" voire "ignoble" par plusieurs élus de droite.

Dans la matinée, le ministre français de l'Immigration Eric Besson avait affirmé que la France ne mettrait pas en place de "vols spéciaux" pour reconduire les Roms dans leur pays d'origine, reconnaissant en même temps que les personnes expulsées pourront revenir "puisque c'est la loi". "Ce ne sont pas des reconduites collectives mais des reconduites individuelles", a déclaré M. Besson à la radio RTL.

Il faut arrêter de renvoyer des Roms au Kosovo Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, a indiqué mardi que "les pays d'Europe occidentale devraient cesser de renvoyer de force des Roms au Kosovo", et souligné que le manque de papiers d'identité était un problème récurrent.

"De nombreux Roms du Kosovo ont été contraints de fuir pour survivre, ce qui a entraîné la perte, la destruction ou le transfert de leurs documents", a rappelé M. Hammarberg dans le dernier article de son carnet des droits de l'homme publié mardi. "L'absence de papiers d'identité et un faible niveau d'instruction ont rendu encore plus difficile, pour nombre de Roms, l'acquisition des documents nécessaires pour vivre et obtenir des droits dans les pays d'accueil", ajoute-t-il.

En conséquence, le commissaire aux droits de l'homme préconise que "les Etats devraient éviter de mener des politiques qui ne font qu'aggraver la situation", en arrêtant de renvoyer des Roms de force au Kosovo. Selon un rapport de l'Unicef, 38% des Roms renvoyés d'Allemagne sont apatrides par exemple.

"Le droit à la nationalité est un droit de l'homme fondamental, consacré par la Déclaration universelle des droits de l'homme. Il s'agit du "droit d'avoir des droits" et il faut s'employer avec davantage d'énergie et de détermination à le mettre en oeuvre", conclut Thomas Hammarberg.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires