France/Loi Travail: un baroud d'honneur dans la rue encore marqué par des violences

15/09/16 à 18:51 - Mise à jour à 20:51

Source: Belga

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont battu le pavé jeudi partout en France pour l'abrogation de la loi travail, sans doute pour la dernière fois, avec à nouveau de violentes échauffourées à Paris qui ont fait plusieurs blessés, dont un CRS brûlé à la jambe.

France/Loi Travail: un baroud d'honneur dans la rue encore marqué par des violences

Durant les manifestations anti-loi travail à Paris, ce 15 septembre. © AFP/Thomas Samson

Au moins un manifestant et cinq policiers ont été blessés, et au moins 15 personnes interpellées lors de la manifestation parisienne qui s'est déroulée sous la surveillance de 1.200 policiers entre Bastille et République.

Un CRS, pris dans les flammes de manière spectaculaire après le jet de cocktails Molotov place de la République, a été brûlé à la jambe. Un autre policier, blessé par un jet de projectile à la tête, a été évacué par hélicoptère.

Comme lors de précédentes journées, notamment celle du 14 juin dans la capitale, des échauffourées ont éclaté à plusieurs reprises entre CRS et jeunes criant "Tout le monde déteste la police!", avec tirs de gaz lacrymogène et dégradations de mobilier urbain.

La CGT a assuré que 170.000 personnes avaient manifesté dans toute la France. Le cortège parisien a réuni 40.000 personnes selon la CGT, 12.500 à 13.500 selon la préfecture de police.

Tours, Marseille, Nantes, Rennes, Le Havre, Lyon, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Châteauroux...: dans plus de 110 villes, les opposants sont descendus dans la rue pour cette 13e journée d'action depuis mars - la 14e en comptant le 1er mai - contre la loi travail, promulguée en août, qui aura déclenché des mois d'affrontements politiques et de conflit social, sans faire plier l'exécutif.

Une journée aux allures de baroud d'honneur, alors que la plupart des décrets de la loi, dont les plus décriés (temps de travail, référendum en entreprise, accords offensifs), doivent être publiés en octobre.

Lors de la précédente journée, le 5 juillet, les syndicats avaient compté 45.000 manifestants dans la capitale, la police 6.500 à 7.500. Au total 30.000 personnes avaient manifesté à travers le pays, selon les autorités. Au plus fort de la contestation, le 31 mars, ils étaient entre 390.000 (autorités) et 1,2 million (syndicats).

Journées d'action, pétition record, sondages défavorables, recours à l'article 49-3 pour faire passer le texte sans vote au Parlement... : cette réforme a connu un parcours particulièrement agité.

Fort du soutien de la CFDT, l'exécutif est resté inflexible, défendant un texte de "progrès social" présenté comme une solution pour lutter contre le chômage.

Aucune nouvelle date de mobilisation n'est prévue, mais les contestataires espèrent maintenir la pression et empêcher l'application de la loi, en entreprise et devant la justice.

62 interpellations dont 32 gardes à vue lors des manifestations

Soixante-deux personnes ont été interpellées pendant les manifestations en France contre la loi travail jeudi, dont 32 ont été placées en garde à vue, a annoncé le ministre de l'Intérieur.

"Depuis le début des manifestations autour de la loi travail, 620 policiers et gendarmes ont été blessés. Ces violences sont inacceptables et ont conduit les forces de l'ordre à interpeller aujourd'hui 62 individus, dont 32 ont été placés en garde à vue", a précisé Bernard Cazeneuve dans un communiqué.

"Au total, 15 policiers et gendarmes ont été blessés à Paris et en province, dont deux grièvement, qui ont été hospitalisés", a-t-il ajouté, regrettant des incidents dans la capitale mais aussi à Nantes, Rennes, Rouen, Grenoble, Toulouse et Montpellier.

Selon la préfecture de police de Paris, 16 personnes ont été interpellées pendant la manifestation parisienne, pour "port d'armes prohibées, rébellion, violences sur agents de la force publique et dégradations de biens publics".

Quatre manifestants ont été blessés, ainsi que huit policiers et gendarmes, dont "2 présentant des brûlures suite aux jets de cocktails Molotov".

Quelque 78.000 personnes - 65.000 en province et environ 13.000 à Paris - ont défilé contre la loi travail jeudi en France, selon les autorités, contre 170.000 manifestants selon le décompte de la CGT.

Nos partenaires