France: les 32 propositions de Sarkozy

05/04/12 à 19:04 - Mise à jour à 19:04

Source: Le Vif

Le président français Nicolas Sarkozy a indiqué jeudi qu'il ferait voter la "règle d'or" budgétaire "dès l'été 2012", en cas de réélection le 6 mai, fustigeant à nouveau le parti socialiste, la seule formation politique en Europe "qui n'a pas voulu prendre cet engagement".

France: les 32 propositions de Sarkozy

© Reuters

Il a annoncé qu'il demanderait aussi le gel de la contribution de la France au budget de l'UE (2014-2020), une économie annuelle selon lui de 600 millions d'euros.

Présentant son programme devant la presse, M. Sarkozy a déclaré qu'en "2016, la France doit avoir un budget équilibré" et qu'il fera voter "dès l'été 2012 la règle d'or.

Nicolas Sarkozy avait renoncé il y a quelques mois à soumettre à l'actuel Parlement une adoption de la règle d'or budgétaire, qui nécessite l'approbation d'une majorité qualifiée des députés et sénateurs, donc un accord avec la gauche qui y était opposée.

Les 25 États signataires du traité de discipline budgétaire le 1er mars se sont engagés à adopter chacun une telle règle d'or, c'est-à-dire une inscription dans la Constitution de l'objectif de retour à l'équilibre des finances publiques.

Le candidat socialiste veut renégocier ce traité en le complétant par un pacte sur la croissance. "La règle d'or, ça veut dire qu'un gouvernement, pour les cinq ans d'une législature, s'engage à aller vers l'équilibre des comptes", a-t-il rappelé.

Cette règle a été adoptée par "tous nos partenaires européens, qu'ils soient de gauche ou de droite". "Il n'y a qu'une seule formation politique en Europe, une seule, le parti socialiste français, qui est opposé à la règle d'or".

Au début de son intervention, M. Sarkozy avait souligné que toutes ses propositions tenaient compte "d'un objectif impératif: l'équilibre de nos finances publiques en 2016".

Ce retour à l'équilibre financier en 2016 se ferait pour "les trois quarts" par la réduction des dépenses, a-t-il précisé en soulignant que les collectivités locales devront réduire leurs effectifs et leurs dépenses. Nicolas Sarkozy demandera aussi le gel de la contribution de la France au budget de l'UE (2014-2020), une économie annuelle selon lui de 600 millions d'euros.

La contribution annuelle de la France au budget de l'UE s'élève actuellement à près de 19 milliards d'euros, soit la deuxième contribution après l'Allemagne. La France, avec huit autres pays européens, avait entamé dès 2011 un bras de fer avec Bruxelles pour éviter que les contributions nationales n'augmentent pour la période 2014-2020, face au contexte de rigueur généralisée.

"Tout ça, pour ça", ironise le PS

A trois, ils ne pensaient pas être de trop pour décortiquer, puis démonter la présentation du programme de Nicolas Sarkozy. Pourtant Michel Sapin, responsable du projet de François Hollande, Najat Vallaud-Belkacem et Bruno Le Roux, tous deux porte-parole du candidat, ont eu du mal à commenter l'étrange exercice auquel s'est livré le "candidat sortant". Car, à vrai dire, si l'on extrait les nombreuses critiques adressées à l'encontre de François Hollande, il ne reste pas grand-chose.

"Tout ça pour ça", résume sobrement Michel Sapin. "Alors que François Hollande en est à décrire le détail de son projet, Nicolas Sarkozy présente un programme, qui n'en est d'ailleurs pas tout à fait un", s'emporte-t-il rappelant que la présentation du programme de François Hollande, le 26 janvier dernier à la Maison des métallos, avait été un exercice bien différent.

"La montagne a accouché d'une souris, d'une souris pathétique"

"La montagne a accouché d'une souris, d'une souris pathétique", déclare quant à elle Najat Vallaud-Belkacem. Selon elle, il était déjà "inquiétant" de ne pas connaître le projet du candidat-sortant. Mais à présent, à quinze jours du premier tour, cela devient également "inédit". Parmi les quelques mesures annoncées en vrac, elle retient tout de même celle de vouloir geler la contribution de la France au budget de l'Union Européenne, "ce qui en dit long sur ses ambitions dans ce domaine", conclut-elle.

Sarkozy a plagié Mitterrand

Enfin Bruno Le Roux a évoqué la "lettre aux Français" de Nicolas Sarkozy, imprimée à 6 millions d'exemplaires, qui rappelle bien entendu celle de François Mitterrand, publiée lors de l'élection présidentielle de 1988. "Je me demande si je ne veux pas saisir la justice pour plagiat", ironise-t-il. Selon ce très proche de François Hollande, la prestation de Nicolas Sarkozy est l'acte ultime de son mépris à l'encontre des Français. "Ce qu'il a fait aujourd'hui ne peut pas lui permettre de retrouver la confiance des Français", assurant qu'il n'était plus à la hauteur.


LeVif.be a vec Belga et L'Express

Nos partenaires