France: le gouvernement veut oeuvrer à un islam "ancré dans la République"

29/08/16 à 12:38 - Mise à jour à 12:38

Source: Afp

Le gouvernement français ouvre lundi des discussions sur l'islam de France en espérant mieux "ancrer dans les valeurs de la République" la deuxième religion du pays, au coeur de débats fiévreux dans un pays ciblé par les jihadistes.

France: le gouvernement veut oeuvrer à un islam "ancré dans la République"

© Reuters

La controverse politique née de l'interdiction sur certaines plages françaises du burkini, une tenue de bain islamique qui a enflammé les esprits cet été y compris à l'étranger, est loin d'être retombée.

Mais les responsables musulmans espèrent que ces consultations, menées sous la houlette du ministre de l'Intérieur et des Cultes Bernard Cazeneuve, permettront d'apaiser les débats.

"Cet épisode positif va mettre fin à la séquence nauséabonde du burkini", veut croire Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), la principale instance représentative des quelque quatre millions de musulmans. D'autres incidents récents ont souligné les tensions liées à l'islam, tel le refus d'un restaurateur de la banlieue parisienne de servir samedi deux femmes voilées.

Pour Bernard Cazeneuve, "l'objectif est de faire émerger de manière volontariste, dans le respect de la laïcité, dans le dialogue et le respect mutuel, un islam de France ancré dans les valeurs de la République".

Fil rouge de cette journée: une série de réunions avec des responsables cultuels, personnalités de la société civile et parlementaires pour mettre sur pied la future "fondation pour l'islam de France".

Cette structure est en gestation depuis des mois mais sa préparation a été accélérée après l'attentat de Nice le 14 juillet (86 morts) et l'assassinat d'un prêtre près de Rouen par des jihadistes le 26 juillet.

Objectif de cette fondation laïque et de l'association cultuelle qui lui sera adossée: lever des financements français, alors que ceux venant de l'étranger sont jugés peu transparents.

L'ancien ministre socialiste Jean-Pierre Chevènement, 77 ans, farouche défenseur de la laïcité, va en prendre la présidence. Mais le choix d'un non-musulman a suscité de l'incompréhension dans les rangs de la deuxième confession de France et la classe politique.

- 'Pont' entre islam et République -

"Je pense que comme ancien ministre de l'Intérieur moi-même, je ne pouvais pas refuser de contribuer à cette oeuvre d'intérêt public", a expliqué à l'AFP l'intéressé, qui avait lancé en 1999 une "consultation des musulmans de France" ayant abouti, quatre ans plus tard, à la création du CFCM.

"Qu'un grand républicain en prenne la tête au moment de sa création, avec en son sein de nombreux musulmans, revêt une vraie dimension symbolique, puisque cette nouvelle structure sera le pont entre la République et les musulmans de France", a plaidé Bernard Cazeneuve dans un entretien publié dimanche soir sur le site du quotidien catholique La Croix.

Quatre autres "personnalités qualifiées", toutes de confession ou culture musulmane, siègeront à ses côtés au conseil d'administration de la fondation, notamment l'écrivain marocain Tahar Ben Jelloun et le recteur de la grande mosquée de Lyon (centre-est) Kamel Kabtane.

En raison de la stricte séparation entre l'Etat et les cultes dans le pays, conformément à une loi datant de 1905, la "Fondation pour l'islam de France" ne traitera que de questions profanes: éducation, recherche, formation civique...

Le volet religieux de la recherche de financements (formation théologique des imams, construction de mosquées...) sera entre les mains d'une association cultuelle administrée par des représentants musulmans, et dans laquelle l'Etat ne sera pas partie prenante.

Les financements étrangers étant exclus, elle pourrait notamment être financée par "une contribution - volontaire et négociée - des acteurs de la filière halal, ainsi que les dons des fidèles", a précisé Bernard Cazeneuve.

Pour Anouar Kbibech, "donner aux institutions musulmanes des moyens financiers va contribuer à renforcer leur rôle dans la prévention de la radicalisation, en particulier via l'habilitation des imams".

La France, engagée dans la coalition militaire internationale contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, a été frappée en 2015 et 2016 par une multitude d'attentats jihadistes, qui ont fait notamment 17 morts en janvier 2015 à Paris, 130 morts le 13 novembre 2015 également dans la capitale et 86 morts le 14 juillet 2016 à Nice.

Nos partenaires