France: Jean-Marie Le Pen ne compte pas lancer un nouveau parti d'extrême droite

21/08/15 à 11:43 - Mise à jour à 11:43

Source: Belga

Le chef historique de l'extrême droite française Jean-Marie Le Pen, a rejeté vendredi, au lendemain de son exclusion du parti Front national (FN), l'idée de créer une formation concurrente et a appelé ses partisans à ne pas démissionner.

France: Jean-Marie Le Pen ne compte pas lancer un nouveau parti d'extrême droite

© AFP

Interrogé sur la radio Europe 1, le tribun sulfureux, âgé de 87 ans, a "exclu" l'idée de lancer un nouveau parti, une hypothèse redoutée par les dirigeants du FN à quelques mois d'élections régionales pour lesquelles le parti nourrit de grands espoirs. "Je lance un appel aux électeurs du Front national pour leur dire +surtout ne vous désunissez pas, restez où vous êtes, ne démissionnez pas+", a-t-il dit. "Nous avons l'ambition de reconquérir notre parti, notre mouvement", a-t-il assuré. Jeudi soir, Jean-Marie Le Pen, qui a cofondé le FN et l'a dirigé pendant près de 40 ans, a été exclu dans le cadre d'une procédure disciplinaire initiée par sa propre fille Marine, qui lui a succédé à la tête du parti en 2011. A l'issue d'une audience de plus de trois heures, à laquelle Marine Le Pen n'a pas participé, le bureau exécutif du parti a sanctionné le "Menhir" (surnom lié à ses origines bretonnes) pour une série de déclarations provocantes, notamment sur la Shoah. Jean-Marie Le Pen a qualifié, vendredi sur la radio BFM TV, la décision du bureau exécutif du FN de "simulacre". Selon lui, c'est sa fille Marine qui "commandait de loin au téléphone le peloton d'exécution". "Elle n'a pas tué papa directement, mais elle l'a fait tuer par des sbires", a-t-il poursuivi. "C'est moi qui suis le Front national, je suis chez moi au Front national", a-t-il encore lancé, répétant qu'il allait contester son expulsion en justice. Le père et la fille sont en désaccord sur la stratégie du FN. Alors que Marine Le Pen s'échine à "dédiaboliser" le parti en s'abstenant de provocations ouvertement racistes ou antisémites, le patriarche juge qu'une extrême droite trop lisse perd tout son sel.

En savoir plus sur:

Nos partenaires