France : Bayrou veut empêcher une finale Sarkozy-Hollande

14/04/12 à 10:30 - Mise à jour à 10:30

Source: Le Vif

Sa campagne ne décolle pas, mais le candidat centriste François Bayrou refuse toujours les appels du pied de la gauche et de la droite. Il veut empêcher une finale Sarkozy-Hollande le 6 mai prochain.

France : Bayrou veut empêcher une finale Sarkozy-Hollande

© AFP

François Bayrou a repoussé vendredi les avances de Nicolas Sarkozy et François Hollande dans la perspective du second tour de la présidentielle. Il n'est "nullement décidé à préparer une manoeuvre dans le cas du deuxième tour Sarkozy-Hollande". Le candidat centriste dont la campagne ne décolle pas veut empêcher une finale entre les candidats UMP et PS.

"J'ai observé naturellement que ces derniers jours, ces dernières heures, il y avait autour de nous une extraordinaire bienveillance, sympathie, gentillesse, admiration, venant de droite et de gauche", s'est amusé François Bayrou lors d'un meeting à Tours devant quelque 1200 personnes, sans citer les noms des deux favoris de l'élection présidentielle.

"Dans la journée on a eu deux déclarations des principaux dirigeants de gauche et des principaux dirigeants de l'UMP indiquant à quel point, vraiment, ce François Bayrou était formidable: il avait les idées qu'il fallait, le caractère qu'il fallait, qu'il pouvait occuper les plus hautes fonctions pourvu naturellement qu'il se rapproche du camp des intéressés", a-t-il raillé, déclenchant les rires et applaudissements de la salle qui criait "Bayrou président".

Un deuxième tour Sarkozy-Hollande "représente pour notre pays une série de risques dont je crains que la France doive amèrement regretter de ne pas les avoir écartés. Et parce que je pense que le programme, le projet, la manière dont ils présentent l'avenir pour le pays est profondément mensonger", a dénoncé le leader centriste. "Je propose qu'on échappe à ce deuxième tour" qui opposerait "matamore contre matamore" qui "roulent des mécaniques. "Si vraiment les qualités personnelles, les idées, la volonté politique qu'ils me prêtent sont justifiées, alors c'est à Elysée qu'elles prendront leur pleine mesure", a-t-il conclu.

Levif.be, avec Lexpress.fr

Nos partenaires