France : Abdelkader Merah, le cerveau des tueries de son frère ?

26/03/12 à 16:43 - Mise à jour à 16:43

Source: Le Vif

Abdelkader Merah, le frère du tueur au scooter, a été mis en examen dimanche notamment pour "complicité d'assassinats". Des indices tendent à laisser penser qu'il a des responsabilités dans les actes de Mohamed.

France : Abdelkader Merah, le cerveau des tueries de son frère ?

© AFP

Abdelkader Merah, le frère du tueur au scooter, a été mis en examen dimanche notamment pour "complicité d'assassinats". Des indices tendent à laisser penser qu'il a des responsabilités dans les actes de Mohamed.

Abdelkader Merah a-t-il aidé son frère Mohamed à organiser ses tueries? Ce lundi, le rôle du frère aîné du tueur au scooter semble se préciser. Il a été mis en examen dimanche pour "complicité d'assassinats", "vol en réunion" et "association de malfaiteur en vue de la préparation d'actes terroristes" et écroué à la prison de Fresnes. Si un lien est bel et bien établi entre Abdelkader et les tueries, il risque la prison à perpétuité.

Le vol du scooter

Bien qu'il ait précisé lors de sa garde à vue qu'il n'était pas au courant des projets de son frère, les enquêteurs de la sous-direction terroriste ont des doutes sur ses responsabilités. Selon le site de 20 minutes, il aurait en effet participé, le 6 mars dernier, au vol du scooter utilisé par son frère lors des tueries de Toulouse et Montauban. Il a également avoué avoir accompagné Mohamed Merah chez le concessionnaire afin de désactiver le système de géolocalisation. Des éléments qui poussent un policier proche de l'enquête à le désigner comme le "cerveau" de l'opération.

L'influence d'un frère radical

Aux hommes du Raid, Mohamed Merah a soutenu que son frère n'avait aucune responsabilité dans ses actes. Toutefois, Le Point précise qu'un ancien codétenu du tueur a témoigné de la forte influence d'Abdelkader sur son cadet. Lors des visites, "ça parlait de personnes égorgées, des âmes corrompues qui iraient en enfer, c'était insupportable", raconte-t-il. Il lui "a fait passer un tapis de prière et une djellaba", ajoute-t-il.

L'homme, proche des milieux salafistes, aurait fait un voyage dans les milieux radicaux égyptiens et a même été mis en cause en 2008 lors du démantèlement d'une filière d'acheminement de djihadistes en Irak. A l'époque, aucune mise en examen n'avait été prononcée contre lui.

"Fier" de son frère?

Malgré tout, Abdelkader Merah continue de nier toute implication dans les meurtres perpétrés par son frère cadet, selon le Nouvel Obs. Au cours de sa garde à vue, il se serait toutefois dit "fier" des meurtres de son frère. Une fausse rumeur selon son avocate, Me Anne Sophie Laguens. Bien au contraire, il les "condamnerait fermement" et ne souhaite pas devenir "un bouc émissaire".

Léonore Guillaume, L'Express

Nos partenaires