" Faire des concessions à la Grèce n'est pas à l'ordre du jour "

03/02/15 à 12:18 - Mise à jour à 12:16

Source: Belga

"La Grèce doit respecter les règles de l'union monétaire, sous peine de mettre en jeu son essence même. Faire des concessions maintenant à la Grèce, ce n'est pas à l'ordre du jour", a affirmé le ministre belge des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA) sur les ondes de la VRT.

" Faire des concessions à la Grèce n'est pas à l'ordre du jour "

© © IMAGEDESK

Si le nouveau gouvernement grec reste sur ses positions, il risque de "ne plus pouvoir appartenir au club" de la zone euro, estime Johan Van Overtveldt.

"Le gouvernement grec veut plus d'aide et moins de supervision. Ce n'est pas possible à moins que l'on veuille menacer l'essence de l'union monétaire", avait déjà indiqué M. Van Overtveldt sur Twitter mardi matin. Interrogé un peu plus tard sur la VRT, il souligne que les règles ne peuvent être contournées. "Si on vit dans une union monétaire, on doit respecter un certain nombre de règles, que l'on soit un gouvernement d'inspiration socialiste ou un gouvernement d'inspiration libérale.

L'union monétaire implique un certain nombre d'obligations, tant sur le plan de la discipline budgétaire que du maintien de la compétitivité internationale et de la santé du système bancaire", a-t-il argumenté. Il est donc inacceptable, à ses yeux, que le gouvernement grec "foule manifestement ces règles aux pieds". Sinon, les Grecs risquent de se "mettre hors jeu", voire "de ne plus pouvoir appartenir au club" de l'euro.

En savoir plus sur:

Nos partenaires