Facebook s'inspire de l'Europe pour la protection des données personnelles

24/05/18 à 17:20 - Mise à jour à 17:18

Source: Afp

Facebook a annoncé jeudi qu'il proposerait à ses deux milliards d'utilisateurs dans le monde des outils de contrôle de la vie privée inspirés du règlement européen sur la protection des données (RGPD), qui entre en vigueur vendredi.

Facebook s'inspire de l'Europe pour la protection des données personnelles

© Belgaimage

Le réseau social redemande depuis plusieurs semaines à ses utilisateurs européens s'ils sont d'accord pour être soumis au ciblage publicitaire, mais aussi s'ils autorisent Facebook à utiliser ses technologies de reconnaissance faciale sur les photos et vidéos partagées sur le réseau.

Ces questions vont être posées à tous les utilisateurs du réseau social, accompagnées d'un rappel des informations sensibles qu'ils ont pu partager (religion, orientation politique).

"A partir de cette semaine, nous demandons à tout le monde sur Facebook de consulter des informations importantes sur leur vie privée et le contrôle de leur navigation sur Facebook", indique sur le site du géant californien Erin Egan, en charge des questions de vie privée. "On nous a demandé des explications plus claires sur les informations qu'on collecte et la façon dont on les utilise".

Selon la RGPD, les grandes plateformes du web doivent notamment s'assurer auprès de leurs utilisateurs qu'elles ont obtenu leur consentement "libre, spécifique, éclairé et univoque" pour utiliser et conserver leurs données personnelles.

Facebook apporte cependant une différence majeure dans cette application mondiale de "l'expérience RGPD", telle qu'il la définit: les utilisateurs du reste du monde pourront repousser sine die cet examen de leurs réglages de vie privée, tandis qu'un utilisateur européen qui ne revalide pas ces conditions d'utilisation de Facebook ne pourra plus accéder au réseau social.

L'ensemble des mesures comprises dans la protection européenne ne s'applique pas aux utilisateurs de Faceboook dans le reste du monde, notamment le droit de transférer ses données, ou les possibilités de recours en cas de non-respect de leur vie privée.

Facebook est une des premières multinationales à annoncer qu'elle adopte des mesures inspirées de ces nouvelles règles européennes, deux jours après que son patron Mark Zuckerberg s'est excusé devant le Parlement européen pour les lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs.

La plate-forme avait également annoncé début mai qu'elle proposerait bientôt à ses utilisateurs de voir enfin clairement avec quels sites et applications elle échange des informations sur eux.

Nos partenaires