Face aux incendies, la France demande l'aide de l'Europe

25/07/17 à 17:23 - Mise à jour à 17:23

Source: Afp

Les pompiers français luttaient mardi pour la deuxième journée consécutive contre des incendies qui ont détruit près de 4.000 hectares et blessé une vingtaine de secouristes en Corse et dans le sud-est de la France, conduisant les autorités à demander un soutien européen.

Face aux incendies, la France demande l'aide de l'Europe

© AFP

"La France a sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l'aide européenne" pour venir à bout de ces feux destructeurs et attisés par des vents violents, a annoncé à l'AFP le directeur général de la Sécurité civile, le préfet Jacques Witkowski.

Au total, 19 avions bombardiers d'eau, dont 10 Canadair, 7 Tracker et 2 Dash - avion gros porteur bombardier d'eau - et plus de 2.000 soldats du feu sont mobilisés pour l'heure pour venir à bout des incendies.

Un syndicat de pilotes de Canadair a dénoncé mardi "le manque de pièces détachées" qui empêche de mettre en action tous les appareils nécessaires, et agité la menace d'un préavis de grève pour obtenir plus de moyens.

Au moins 7 pompiers ont été légèrement blessés et un autre a été brûlé au second degré tandis que 15 policiers ont été légèrement intoxiqués par des fumées, a-t-on appris de sources policières et préfectorales.

Sur le terrain, la situation est maîtrisée au sud d'Avignon et dans le nord de la Corse mais restait délicate dans le département du Var (sud-est), qui est "aujourd'hui (...) le plus compliqué", avec des vents violents qui ne faiblissent pas, a annoncé le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) Stéphane Bouillon.

Dans ce département, deux incendies sont en cours à 80 km de distance, à la Croix-Valmer, près du village touristique de Saint-Tropez, et à Saint-Maximin, plus à l'est.

"A la Croix-Valmer, le feu est extrêmement virulent et difficile à maîtriser", a souligné le préfet sur la radio Europe 1.

Pour René Carandante, premier adjoint au maire de La Croix-Valmer, "c'est une véritable catastrophe écologique". "C'est tout noir, voir ces pins parasols tout calcinés, c'est vraiment atroce !", se lamente-t-il.

Dans le nord de la Corse, les images des incendies qui ont frappé cette nuit sont impressionnantes: des flammes qui progressent à toute vitesse dans un paysage de maquis typique de l'île de beauté, des maisons menacées et partout des pompiers et policiers pour mener les opérations de secours.

'Mégots de cigarette'

Mardi, même si des zones "actives persistaient", l'incendie n'évoluait plus grâce à un "vent moins fort".

Au sud d'Avignon, dans le Luberon, le feu était contenu, mais toujours actif, selon la préfecture. Les pompiers ont travaillé toute la nuit, en particulier pour protéger un village menacé.

Non loin de Nice, plus au sud-est, sur la commune de Carros où 80 hectares ont brûlé lundi, le maire Charles Scibetta a découvert mardi "un paysage lunaire".

Selon un bilan provisoire des autorités, 1.800 hectares ont brûlé dans le nord de la Corse, 800 dans le Luberon, 500 à la Croix-Valmer, 300 près de Saint-Maximin et 400 dans la commune voisine d'Artigues.

"C'est toute une France qui est mobilisée", a assuré sur France Info le numéro 2 des sapeurs-pompiers de France, le colonel Grégory Allione, citant des renforts "arrivés de l'Alsace-Lorraine (nord-est de la France), et de l'ensemble du couloir rhodanien" (centre-est).

"Il y a deux effets conjugués", a estimé le colonel Allione, "une sécheresse qui se répète d'année en année" et "des conditions de vent désastreuses".

Le colonel Allione a appelé "l'ensemble des habitants à prendre conscience qu'en Méditerranée, en Provence, en Corse, on doit avoir une attitude citoyenne: ne pas faire de feu, ne pas fumer, ne pas faire de barbecue, ne pas faire de travaux en forêt".

Alors que des enquêtes sont en cours pour déterminer les causes de ces incendies, l'officier estime qu'"il y a des malveillances, forcément il y a des gens qui mettent le feu (...). Les mégots de cigarette qui passent par la fenêtre d'une voiture mettent le feu, c'est confirmé".

Nos partenaires