Espionnage : Merkel veut une réglementation européenne

14/07/13 à 20:30 - Mise à jour à 20:30

Source: Le Vif

La chancelière allemande Angela Merkel a défendu dimanche la mise en place d'une réglementation européenne pour mieux protéger les données privées des Européens sur internet, lors d'une interview à la télévision publique.

Espionnage : Merkel veut une réglementation européenne

© Reuters

Elle a souhaité notamment que "les sociétés de l'internet, Facebook, Google, et d'autres, soient obligées d'indiquer aux pays européens à qui elles transmettent les données" de leurs utilisateurs. Une telle mesure devra, selon elle, faire "partie d'un accord européen sur la protection des données".

Lors d'une réunion des ministres européens de l'Intérieur et de la Justice en fin de semaine, l'Allemagne défendra "une position très stricte", a-t-elle assuré.

Elle a également évoqué les résultats du voyage à Washington cette semaine du ministre de l'Intérieur Hans-Peter Friedrich pour obtenir des éclaircissements du gouvernement américain après les révélations sur un programme mondial de surveillance des communications électroniques par les Etats-Unis.

"Il a été dit très clairement au ministre de l'Intérieur qu'il n'y a pas d'espionnage industriel visant les entreprises allemandes", a-t-elle assuré.

Mme Merkel avait jugé "vital" cette semaine le travail des services de renseignement dans les Etats démocratiques, dans un entretien à l'hedomadaire Die Zeit, défendant ainsi implicitement les autorités américaines.

Avec les Etats-Unis, "nous travaillons ensemble contre le terrorisme mais d'un autre côté il faut assurer la protection des données des citoyens", a-t-elle déclaré dimanche.

Les révélations de l'ex-consultant de l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) Edward Snowden sur le programme de surveillance des Etats-Unis ont suscité beaucoup d'émotion en Allemagne, pays marqué par deux dictatures --le national-socialisme, puis le communisme en ex-Allemagne de l'Est-- qui avaient systématisé l'espionnage des citoyens.

Le sujet s'est invité dans la campagne électorale à un peu plus de deux mois des élections législatives, l'opposition accusant Mme Merkel d'avoir été au courant de l'espionnage touchant des citoyens allemands.

Son principal opposant, le social-démocrate Peer Steinbrück, a réclamé la création d'une commission d'enquête du Parlement, dans l'édition dominicale du quotidien Bild. "En tant que chancelière, Mme Merkel a fait le serment de protéger le peuple allemand. Désormais on apprend qu'il a été porté atteinte de façon massive aux droits fondamentaux des citoyens allemands", a-t-il déclaré dans cette interview.

En savoir plus sur:

Nos partenaires