Erdogan veut poursuivre l'offensive jusqu'à ce qu'il "ne reste aucun terroriste"

11/08/15 à 19:02 - Mise à jour à 19:01

Source: Belga

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi à Ankara qu'il poursuivrait sa campagne contre les militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) "jusqu'à ce qu'il ne reste aucun terroriste".

Erdogan veut poursuivre l'offensive jusqu'à ce qu'il "ne reste aucun terroriste"

Recep Tayyip Erdogan © REUTERS

"Nous continuerons notre combat jusqu'à ce que les armes soient déposées (...) et qu'il ne reste plus un seul terroriste à l'intérieur de nos frontières", a dit le président turc dans un discours télévisé, ajoutant que la campagne aérienne de plus de deux semaines contre le PKK avait déjà infligé "des pertes sérieuses" à ce groupe. Il a aussi affirmé aussi que des "opérations efficaces" avaient été menées contre le groupe Etat islamique (EI). "Nous avons aussi mené des opérations efficaces contre Daech (ndlr : acronyme arabe désignant l'EI) qui menace notre sécurité", a-t-il dit. "Nous ne faisons pas de différence entre les organisations terroristes. Quel que soit son but, une organisation terroriste est pour nous une organisation terroriste", at-il souligné. Le président Erdogan a ajouté que le processus de paix entamé avec le PKK était maintenant "gelé". "Malheureusement, ils n'ont pas compris ce qui avait été fait" pour eux, "le processus de règlement est donc maintenant gelé", a-t-il dit. Ankara a lancé le 24 juillet une "guerre contre le terrorisme" visant simultanément le PKK et les combattants de l'EI en Syrie. Mais les dizaines de raids aériens suivants se sont concentrés sur la guérilla kurde, seuls trois ayant été signalés contre l'EI. L'agence progouvernementale Anatolie a donné le week-end dernier un bilan de 390 rebelles du PKK tués lors des raids menés par les chasseurs turcs contre les bases-arrières de la guérilla dans le nord de l'Irak, et d'une trentaine des membres de forces de sécurité turques tués. Le contexte est très tendu depuis avec des attaques quotidiennes de la guérilla kurde et des représailles des forces d'Ankara qui ont mis un terme à près de trois ans de trêve entre les parties dans le cadre d'un processus de paix.

En savoir plus sur:

Nos partenaires