En Allemagne, la quête autour des disparitions non élucidées de la Seconde Guerre touche à sa fin

03/05/18 à 07:10 - Mise à jour à 07:12

Source: Afp

Diethild Heubel, 83 ans, tire un document précieux de son classeur: une vieille lettre jaunie, écrite d'une main soignée par son père, un soldat allemand fait prisonnier à la fin de la Deuxième guerre mondiale.

En Allemagne, la quête autour des disparitions non élucidées de la Seconde Guerre touche à sa fin

Photographs of missing former German soldiers lie on a table at the German Red Cross archive in Munich, southern Germany, on April 9, 2018. Diethild Heubel pulls a precious document from a binder: a yellowed decades-old letter, neatly handwritten by her father, a German soldier taken prisoner at the end of World War II. Her father Gerhard Stuerzebecher was a soldier in Adolf Hitler's army, the Wehrmacht. In 1945, he was interned in Austria in a Soviet prison camp. / AFP PHOTO / Christof STACHE / TO GO WITH AFP STORY BY Pauline CURTET © AFP

"C'est sa dernière preuve de vie, la dernière fois qu'il nous a écrit", raconte-t-elle dans son appartement de Nördlingen en Bavière, dans le sud de l'Allemagne.

Diethild Heubel en photo avec son père, dans l'album de famille

Diethild Heubel en photo avec son père, dans l'album de famille © AFP

Son père, Gerhard Stürzebecher, était soldat dans la Wehrmacht sous le IIIe Reich. En 1945, il a été interné en Autriche dans un camp de prisonniers contrôlé par l'Union soviétique. Diethild Heubel avait 10 ans. Depuis, sa mère et elle n'ont plus eu de nouvelles."Nous étions réfugiées, nous avions tout perdu, mais le pire dans tout ça c'est que nous n'avons jamais su ce qui lui était arrivé", soupire-t-elle, les yeux braqués sur une photo d'elle, enfant, assise sur les genoux de son père, un sourire sage aux lèvres. "Je pense encore à lui tous les jours. Il était instituteur dans le civil, il n'aimait pas la guerre et pourtant, il a dû se battre lors de deux guerres mondiales", glisse la vieille dame. "Ne pas savoir comment il est mort et où il est enterré... C'est dur."

1,3 million d'énigmes

Une foule d'Allemands cherchent encore des membres de leur famille, militaires ou civils disparus depuis 1945. Leurs demandes atterrissent sur le bureau du service des recherches de la Croix Rouge allemande à Munich, créé à la fin du conflit pour établir le sort de 20 millions de disparus.

Archives de la Croix rouge allemande

Archives de la Croix rouge allemande © AFP

"Au début, le nombre de cas élucidés était très élevé. Mais il reste aujourd'hui environ 1,3 million de destins qu'on ne connaîtra sûrement jamais", regrette Thomas Huber, 59 ans, le directeur du service.

Pour tenter de résoudre ces énigmes, il s'appuie sur des archives allemandes, soviétiques et de l'ex-RDA. "Il est particulièrement difficile de retrouver des soldats morts dans des camps soviétiques, notamment parce que leurs noms étaient mal écrits ou leurs dates de naissance erronées", explique Christoph Raneberg, qui dirige les archives du service à Munich.

Durant la guerre, environ trois millions d'Allemands ont été faits prisonniers par l'Armée rouge. Les autorités soviétiques ont toujours affirmé qu'environ 10% d'entre eux sont morts dans les goulags, alors que l'Allemagne estime que le gros du contingent de disparus n'a pas survécu à ces camps, soit un million de personnes.

Christoph Raneberg

Christoph Raneberg © AFP

Les derniers survivants ont pu rentrer au milieu des années 1950, après la mort de Staline.

Près de 75 ans après la fin de la guerre, les archivistes reçoivent encore 9.000 demandes chaque année, émanant "souvent des petits-enfants, intéressés par l'histoire de leur famille", précise Thomas Huber.

Et près de la moitié aboutissent. Parfois de manière extraordinaire, comme en 2010, lorsque ont été réunis deux frères séparés en 1945: l'un vivait en Allemagne de l'Est, l'autre en Allemagne de l'Ouest. "Les cas concernant des enfants perdus ou séparés à la naissance sont toujours spectaculaires. Mais pour nous, chaque cas est important", insiste M. Huber.

L'espoir qu'un jour...

Stephan Haidinger, 40 ans, est parti sur les traces de son grand-père l'an dernier. "J'ai eu un cancer et pendant le traitement, j'ai beaucoup réfléchi à mes ancêtres. Je me suis rendu compte que ne pas connaître mon grand-père me pesait", se souvient ce magasinier de Glonn, une bourgade bavaroise.

"Nous savions seulement qu'il avait été arrêté à la fin de la guerre et interné dans un camp mais nous ne savions pas pourquoi, puisqu'il n'était pas soldat."

La Croix Rouge n'a mis que quatre semaines à trouver des réponses. "J'ai appris qu'il avait été dénoncé comme dirigeant d'un groupe du NSDAP (le parti d'Adolf Hitler) à Berlin et qu'il est mort dans un camp de concentration en 1946. C'était choquant mais j'étais soulagé d'avoir une réponse", relate Stephan Haidinger.

En Allemagne, la quête autour des disparitions non élucidées de la Seconde Guerre touche à sa fin

© AFP

Il sait maintenant que son grand-père a été inhumé dans une fosse commune dans le nord de l'Allemagne, où il compte bien se recueillir: ce sera "un peu comme si je le rencontrais pour la première fois."

Mais avec le temps et la disparition des témoins, la Croix Rouge et le gouvernement allemand ont décidé de mettre fin aux recherches en 2023.

"Nous disposons maintenant de toutes les archives existantes, nous ne trouverons plus de nouvelles sources d'information", explique Thomas Huber, qui promet de ne pas ménager ses efforts pour les cinq années restantes.

Diethild Heubel a conservé toute sa correspondance avec le service de la Croix Rouge. Elle confirme, une lettre après l'autre, que l'enquête sur son père n'a pas abouti.

Mais l'octogénaire refuse d'abandonner: "Je ne peux pas (...) tirer un trait. Jusqu'à ma mort, je continuerai de le chercher. Je garde l'espoir que quelqu'un, un jour, lise son nom et me dise "Je le connaissais, voici ce qui lui est arrivé"".

Nos partenaires