Emmanuelle Béart, un César à 22 ans, puis la descente aux enfers

17/08/16 à 14:14 - Mise à jour à 21/08/16 à 10:17

Source: Le Vif/l'express

Tout l'été, le Vif/L'Express retrace la carrière d'acteurs au parcours en dents de scie, et aux choix pas toujours avisés. Cette semaine, Emmanuelle Béart, que talent, jeunesse, beauté et succès rapide n'ont pas empêché de connaître une descente aux enfers...

Elle abordait la vingtaine, de la blondeur et de la fraîcheur à revendre, avec un joli brin de talent que Manon des sources venait de révéler à un large public. Si jeune et déjà grande vedette ! Le début, idéal, d'un de ces contes de fées qui lient une actrice à une génération, et l'envoient briller de tous ses feux au firmament d'un cinéma français en mal de " nouvelle Catherine Deneuve ". Trois décennies plus tard, le bilan n'est pas celui que fans, journalistes et " professionnels de la profession " (pour reprendre l'expression de Godard) auguraient alors avec enthousiasme. Mais qu'est-il donc arrivé pour que la Béart, malgré quelques très belles incarnations encore, soit passée du statut de plus grande promesse féminine du cinéma français à celui de comédienne contestée, moquée même sur les réseaux sociaux comme aucune autre peut-être ne l'a jamais été au même (haut) niveau de talent ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires