Emmanuel Macron, 'le président des banques'

12/09/17 à 10:14 - Mise à jour à 10:13

Source: Afp

Emmanuel Macron affronte mardi son premier test social avec une grande journée de grèves et de manifestations contre l'assouplissement du Code du travail, une réforme sur laquelle le nouveau président français n'entend rien céder.

Emmanuel Macron, 'le président des banques'

© BELGAIMAGE

"Il va y avoir du monde", a assuré Philippe Martinez, le numéro un du syndicat CGT qui mène la fronde dans un paysage syndical profondément divisé.

La CGT attend près de 200 manifestations et a comptabilisé 4.000 appels à la grève un peu partout en France pour dénoncer un texte qui, selon M. Martinez, "donne les pleins pouvoirs aux employeurs". Le cortège à Paris démarrera vers 12H00 GMT.

Des grèves perturbaient légèrement mardi matin les trains en banlieue parisienne et le secteur aérien, avec l'annulation de 110 vols par Ryanair.

Des forains se sont joints au mouvement en bloquant au petit matin avec leurs camions la circulation sur une partie des Champs-Elysées et certains axes menant à la capitale.

Des syndicats étudiants et lycéens et les mouvements de jeunesse de plusieurs partis de gauche ont appelé à rejoindre les manifestations contre "une régression sociale historique".

Considéré comme le principal opposant au président selon un récent sondage, le héraut de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon battra lui aussi le pavé à Marseille (sud-est) contre ce qu'il qualifie de "coup d'Etat social".

'Flexibilité'

Mais les deux autres principaux syndicats, FO et la CFDT, bien que critiques envers la réforme, n'ont pas appelé à manifester. Ce qui interroge sur l'ampleur de la mobilisation contre un président qui a certes chuté dans les sondages mais fait face à une opposition éparpillée.

De son côté M. Macron se rendait mardi dans l'île caribéenne de Saint-Martin frappée la semaine dernière par l'ouragan Irma.

"Une mobilisation sociale est toujours imprévisible" mais elle semble affaiblie par le manque d'alternative politique, estime Jean-Daniel Levy, analyste de l'institut de sondages Harris Interactive.

Pour l'ex-conseiller social de l'ancien président Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie, le gouvernement est même "dans une situation idéale pour réformer le droit du travail".

Premier gros chantier du quinquennat, la réforme prévoit un plafonnement des indemnités en cas de contentieux, la réduction des délais de recours des salariés ou encore la possibilité de négocier sans syndicat en dessous de 50 salariés, alors que les petites et moyennes entreprises représentent près de la moitié des salariés en France.

L'objectif affiché par le président Macron est de donner plus de flexibilité aux entreprises et de les encourager à embaucher alors que le chômage reste massif. Il touche 9,5% de la population active, contre une moyenne de 7,8% en Europe.

Il s'agit également aussi de regagner la confiance de l'Allemagne, qui réclame depuis longtemps des réformes structurelles à Paris.

'Le président des banques'

Emmanuel Macron, qui pour imposer ces changements a opté pour la procédure accélérée des ordonnances, n'a aucune intention de céder. Vendredi, quelques semaines après avoir regretté que les "Français détestent les réformes", le chef de l'Etat a averti qu'il "serait d'une détermination absolue" et ne "cèderai(t) rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes".

Une déclaration choc, "totalement" assumée par l'intéressé, qui a fait bondir ses opposants politiques, de Jean-Luc Mélenchon ("Macron n'aime pas les Français") à Marine Le Pen ("les déclarations d'amour de Macron aux Français se multiplient").

Et qui risque de galvaniser les manifestants.

Emmanuel Macron "jette de l'huile sur le feu. Avec la déclaration sur les +fainéants+, tous les ingrédients sont réunis pour que ça chauffe", prévient Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof.

M. Macron a eu lundi un avant-goût de ce qui l'attend lors d'un déplacement à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. Entre 300 à 400 personnes, selon les autorités, 2.000 personnes, selon la CGT, y ont manifesté contre la réforme du Code du travail et d'autres réformes annoncées comme la baisse des aides personnelles au logement.

"Je suis là pour +faire la fête+ à Macron", a lancé Sabine, 71 ans, remontée contre un chef d'Etat qui, selon elle, "est vraiment le président des riches et des banques".

Nos partenaires