Embargo russe: 21 pays européens plaident pour plus de moyens pour les agriculteurs

11/11/14 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Source: Belga

Vingt-et-un Etats membres européens, dont la Belgique, ont signé lundi une déclaration dans laquelle ils plaident pour des moyens suffisants pour les agriculteurs qui sont touchés par l'embargo russe sur les produits alimentaires provenant d'Europe.

Embargo russe: 21 pays européens  plaident pour plus de moyens pour les agriculteurs

/ © Belga

Ils appellent la Commission européenne à infléchir le budget 2015 dans ce sens. Pour les ministres de l'Agriculture Willy Borsus (Fédéral), Joke Schauvliege (Flandre) et René Collin (Wallonie), il est hors de question de faire supporter les conséquences financières négatives de la crise en Ukraine sur les épaules des agriculteurs. La mobilisation de ces 21 pays vise à empêcher que la Commission européenne ne réduise à la portion congrue les fonds disponibles, comme elle en a manifesté l'intention à la mi-octobre.

Ce bras de fer entre États et Commission devra se régler dans le cadre du grand marchandage budgétaire annuel, qui doit être conclu le 17 novembre, selon une source européenne. "Les 21 pays ont de quoi bloquer" les négociations sur le budget européen de 2015 s'ils n'obtenaient pas satisfaction, a mis en garde le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll. D'autant, a-t-il affirmé, que les ministres allemand et italien ont aussi exprimé leur soutien, même s'ils n'ont pas signé la déclaration commune.

La bataille porte sur 450 millions d'euros dévolus en principe aux financements agricoles, sur lesquels les 21 veulent pouvoir compter en 2015 pour assurer le financement de 344 millions d'euros d'aides déjà annoncées depuis août, et d'éventuelles autres mesures de soutien prises entre-temps.

La nouvelle politique agricole commune (Pac) prévoit par ailleurs une "réserve de crise" qui peut être mobilisée tous les ans à hauteur de 430 millions d'euros, mais aux prix pour les agriculteurs d'une coupe de 1% dans les subventions européennes régulières. La Commission souhaite utiliser les 450 millions d'euros pour boucher des trous dans son budget 2014. Elle propose du coup de puiser toutes les aides exceptionnelles au secteur dans la seule réserve de crise.

Les différents ministres belges se sont prononcés contre une "double peine" à l'encontre des agriculteurs. "Une première fois avec la baisse des prix sur le marché et une seconde par le fait qu'ils devraient eux-mêmes financer les mesures du marché par la mobilisation de la réserve de crise". Pour nos ministres, il en est hors de question et les moyens doivent être trouvés ailleurs que dans le secteur, lui-même déjà touché.

Au vu des sommes déjà promises aux secteurs maraîcher et laitier face à la chute des cours provoquée par la fermeture du marché russe, ce projet de la Commission réduirait à quelque 90 millions les fonds restant disponibles pour des mesures supplémentaires pour toute l'année 2015.

Outre la Belgique, le texte est aussi signé par les ministres autrichien, bulgare, croate, chypriote, tchèque, finlandais, français, grec, hongrois, luxembourgeois, portugais, roumain, slovaque, slovène et des trois pays baltes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires