Elections présidentielles en Colombie : la droite en tête au premier tour

31/05/10 à 17:14 - Mise à jour à 17:14

Source: Le Vif

Juan-Manuel Santos a obtenu 46,6% des voix lors du premier tour des élections présidentielles en Colombie. Un second tour sera donc organisé : Santos sera opposé à Mockus.

Elections présidentielles en Colombie : la droite en tête au premier tour

© EPA

Les Colombiens étaient appelés à voter dimanche afin d'élire le successeur du président Alvaro Uribe, au pouvoir depuis huit ans. Ces élections marquent la fin de l'ère Uribe dont la politique de fermeté à l'égard des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) reste très populaire. Le scrutin opposait principalement son dauphin, Juan-Manuel Santos, du Parti social d'union nationale, à l'excentrique Antanas Mockus, candidat du Parti vert et adepte du "changement".

Santos, ex-ministre de la Défense, a obtenu 46,6% des suffrages contre 21,5 % pour Mockus, ex-maire de Bogota. Ce dernier avait créé la surprise dans cette campagne à la présidence après une ascension fulgurante dans les sondages en avril dernier.

Les résultats remettent en cause les sondages publiés une semaine avant le scrutin, qui donnaient les deux hommes au coude à coude. Santos est en effet passé très près d'une victoire au premier tour.

Juan-Manuel Santos a rendu un hommage appuyé au président Uribe: "C'est votre victoire et celle de tous ceux qui veulent préserver votre immense héritage. La Colombie a voté avec une large majorité pour défendre vos réussites et vos succès", a-t-il dit. Le candidat en tête a proposé de nommer un gouvernement d'union nationale s'il est élu au deuxième tour. "Mon gouvernement sera un gouvernement d'union nationale. Je lance un appel à l'unité nationale sans distinction de partis". L'ex-ministre de la Défense qualifié par Hugo Chavez, le chef de l'Etat vénézuélien, de "menace" pour la paix du continent a aussi lancé un appel à l'apaisement avec ce dernier et son allié, le président équatorien Rafael Correa, en soulignant qu'il n'avait d'ennemi "dans aucun pays étranger".

De son côté, Antanas Mockus a appelé dimanche soir ses partisans à "innover" pour remporter l'élection présidentielle. "Aujourd'hui chacun de nos électeurs en choisissant le Parti vert a dit: la vie est sacrée", a déclaré Mockus devant une foule enthousiaste, en reprenant son slogan de campagne.

Les deux hommes s'opposeront lors du second tour le 20 juin prochain.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires