Elections en Australie: conservateurs et travaillistes au coude à coude

02/07/16 à 18:10 - Mise à jour à 18:10

Source: Afp

Les Australiens ont voté samedi pour trancher entre la coalition conservatrice au pouvoir et l'opposition travailliste, un scrutin législatif dont l'issue s'annonce serrée malgré la confiance affichée par le Premier ministre sortant.

Elections en Australie: conservateurs et travaillistes au coude à coude

Malcolm Turnbull, Premier ministre australien. © AFP

Malcolm Turnbull, 61 ans, a estimé qu'il serait en mesure de former un gouvernement malgré l'absence de victoire claire de son parti. "On peut avoir toute confiance dans le fait que nous pourrons former une majorité de coalition dans le nouveau Parlement", a déclaré M. Turnbull dimanche matin.

Pourtant dans cet immense pays, les premiers résultats donnaient M. Turnbull au coude à coude avec le chef de l'opposition, l'ancien leader syndical Bill Shorten, 49 ans.

Quelque 15,6 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner 150 membres de la Chambre des représentants et 76 sénateurs.

M. Turnbull aimerait légitimer le "putsch" interne à son Parti libéral - principale formation de la coalition sortante - qui lui avait permis d'évincer en septembre Tony Abbott, dont il était ministre.

Après une campagne terne, M. Turnbull a utilisé le choc provoqué par la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne pour jouer la carte de la stabilité économique, alors que les principaux médias australiens se sont rangés sous sa bannière.

Depuis l'arrivée du travailliste Kevin Rudd en 2007 à la tête du gouvernement, après une décennie de "règne" du libéral John Howard, la politique australienne a été particulièrement mouvementée.

Kevin Rudd a été renversé par la travailliste Julia Gillard en 2010 avant de lui reprendre le pouvoir en 2013, et de le céder à nouveau quelques mois plus tard lors des législatives à Tony Abbott, lui-même renversé en septembre par M. Turnbull.

Pour l'emporter à la chambre basse, le camp travailliste doit gagner au moins 19 sièges tandis que les conservateurs peuvent se permettre de perdre 13 sièges.

Nos partenaires