Egypte: les Frères musulmans rejettent l'offre d'entrer au gouvernement

10/07/13 à 07:48 - Mise à jour à 07:48

Source: Le Vif

Les Frères musulmans, dont est issu le président égyptien déchu Mohamed Morsi, ne "pactisent pas avec des putschistes" et rejettent l'offre d'entrer au nouveau gouvernement, a indiqué mercredi un porte-parole du mouvement islamiste.

Egypte: les Frères musulmans rejettent l'offre d'entrer au gouvernement

© REUTERS

Le nouveau Premier ministre égyptien Hazem Beblawi a offert aux Frères musulmans des postes au sein du gouvernement de transition qu'il a été chargé mardi de diriger, six jours après que l'armée eut déposé le président islamiste Mohamed Morsi, a annoncé l'agence de presse officielle Mena citant un porte-parole de la présidence.

"Nous ne pactisons pas avec des putschistes. Nous rejetons tout ce qui émane de ce coup" militaire, a déclaré à l'AFP Tareq al-Morsi, au sujet de l'offre formulée par le nouveau Premier ministre.

Un temps pressenti pour devenir Premier ministre, le Prix Nobel de la Paix Mohamed El Baradei, figure de l'opposition laïque, devient, quant à lui, vice-président chargé des relations internationales, a précisé le porte-parole de la présidence.

Ces annonces sont survenues le jour-même où les Frères musulmans enterraient les dizaines de manifestants tués lundi au cours d'un rassemblement en faveur de Mohamed Morsi au Caire. Si les Frères ont appelé au "soulèvement" après ce "massacre", aucun incident n'a été rapporté.

La principale coalition laïque rejette la déclaration constitutionnelle

La principale coalition d'opposition laïque en Egypte a rejeté mercredi le plan de transition prévoyant des pouvoirs étendus pour le nouveau président par intérim et un calendrier pour de nouvelles élections présidentielles dans six mois, en se plaignant de ne pas avoir été consultée pour son élaboration. "Nous exigeons" que la déclaration constitutionnelle "soit amendée et nous proposerons nos propres amendements au président", a affirmé la coalition.

Auparavant, le mouvement Tamarod, qui avait organisé les manifestations de masse ayant abouti à l'éviction du président Morsi, a lui aussi regretté de ne pas avoir été consulté pour l'élaboration du plan de transition. Le porte-parole de Tamarod, Mahmud Badr, a dit que le mouvement proposerait lui aussi des changements pour cette "déclaration", notamment en ce qui concerne les pouvoirs accordés au nouveau président pendant la période de transition qui doit durer au moins six mois avant l'élection présidentielle. Les Frères musulmans ont également rejeté catégoriquement la déclaration constitutionnelle.

Deux morts au Sinaï

Deux personnes ont par ailleurs été tuées mercredi dans l'attaque d'un point de contrôle de sécurité dans le Sinaï par des militants armés, peu après l'annonce d'une autre attaque contre une base de police, a-t-on appris de source médicale.

Selon des médecins et des responsables de la sécurité, l'une des victimes est un civil dont la voiture a été touchée par une grenade. L'autre mort n'a pas été identifié.

Nos partenaires