Egypte: le vice-président démissionne, suivi du gouverneur de la Banque centrale

22/12/12 à 18:00 - Mise à jour à 18:00

Source: Le Vif

"J'ai réalisé depuis un moment que la nature du travail politique ne convient pas à ma formation professionnelle de juge", a expliqué Mahmoud Mekki. Le gouverneur de la Banque centrale égyptienne, Farouk al-Oqda, a présenté sa démission lui aussi.

Egypte: le vice-président démissionne, suivi du gouverneur de la Banque centrale

Il jette l'éponge. Le vice-président égyptien Mahmoud Mekki a annoncé samedi sa démission. Une décision qui survient que les Egyptiens votent sur un projet de Constitution controversé en pleine crise politique.

"J'ai réalisé depuis un moment que la nature du travail politique ne convient pas à ma formation professionnelle de juge", a-t-il indiqué dans un communiqué obtenu par l'AFP.

Pendant ce temps, les Egyptiens votent lors du deuxième et dernier acte d'un référendum sur un projet de Constitution défendu par les islamistes, qui semble en passe d'être adopté. Signe des tensions persistantes qu'il provoque, partisans et adversaires du projet de loi fondamentale se sont encore affrontés vendredi à Alexandrie, la deuxième ville du pays, faisant plusieurs dizaines de blessés.

Le gouverneur de la Banque centrale démissionne également

Le gouverneur de la Banque centrale égyptienne, Farouk al-Oqda, a présenté, lui aussi, sa démission, a annoncé samedi soir la télévision d'Etat, après des rumeurs ayant fait état d'un possible départ pour raisons de santé. A la tête de la Banque centrale depuis 2003, M. Oqda pourrait être remplacé par son ex-adjoint, Hicham Ramez, selon la télévision qui n'a pas précisé les raisons de sa démission.

Le gouvernement dément

Le gouvernement égyptien a démenti un peu après cette démission, a indiqué la télévision publique qui avait auparavant fait état de cette information. Aucune explication n'a été donnée dans l'immédiat concernant ces informations contradictoires. Il s'agit du deuxième haut responsable égyptien à démissionner samedi, après le vice-président Mahmoud Mekki, alors que se tient la seconde phase d'un référendum sur un projet de Constitution controversé.

La démission du gouverneur de la Banque centrale survient alors que l'Egypte connaît depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011 de graves difficultés économiques, provoquées en particulier par la chute du tourisme et par l'effondrement des investissements étrangers autrefois florissants.

Ces difficultés se traduisent notamment par un creusement du déficit budgétaire et une fonte des réserves en devises du pays.

Les incertitudes politiques ont déjà provoqué l'ajournement d'une demande de prêt de 4,8 milliards de dollars auprès du Fonds monétaire international (FMI).

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires