Egypte : 30 morts dans les affrontements

23/11/11 à 06:47 - Mise à jour à 06:47

Source: Le Vif

Après quatre jours de manifestations, le bilan des affrontements en Egypte, entre autres à la place Tahrir, s'alourdit encore. Mohamed ElBaradei a dénoncé un "massacre" au Caire.

Egypte : 30 morts dans les affrontements

© Belga

Le bilan des affrontements entre les manifestants et la police dans toute l'Egypte a atteint 30 morts, a annoncé mardi le ministère de la Santé alors que les violences se poursuivent pour la quatrième journée consécutive.

Deux personnes supplémentaires ont été tuées mardi au Caire, indique le communiqué cité par l'agence officielle MENA, alors que les contestaires réclamant la fin du pouvoir militaire continuent de s'affronter à la police aux abords du ministère de l'Intérieur, à proximité de la place Tahrir.

Mohamed ElBaradei, ex-chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et candidat déclaré à l'élection présidentielle prévue avant fin juin 2012 en Egypte, a dénoncé un "massacre" sur la place Tahrir au Caire.

"Du gaz lacrymogène contenant des agents innervants et des balles réelles sont utilisés contre les civils à Tahrir, c'est un massacre", a-t-il déclaré dans un message publié sur le site Twitter.

Au quatrième jour d'affrontements meurtriers entre police et manifestants sur la place emblématique du Caire, le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis le départ du président Hosni Moubarak en février, a tenu une réunion avec plusieurs mouvements politiques. Le CSFA y a notamment évoqué la possibilité de nommer M. ElBaradei comme nouveau Premier ministre, a affirmé à l'AFP une source militaire, mais cette hypothèse n'a pas été confirmée, alors que le gouvernement d'Essam Charaf est démissionnaire depuis lundi soir.

Vingt-huit personnes sont mortes depuis samedi en Egypte, où la colère gronde contre l'armée accusée de vouloir conserver le pouvoir. Le CSFA s'est engagé mardi à organiser une élection présidentielle avant la fin juin 2012 et un possible référendum sur le transfert du pouvoir, sous la pression de dizaines de milliers de manifestants réclamant le retour de l'armée dans les casernes.

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires