Egypte : 22 morts dans les heurts entre police et supporteurs de foot

09/02/15 à 07:40 - Mise à jour à 07:39

Source: Belga

Vingt-deux personnes ont été tuées dimanche soir lors de heurts opposant au Caire la police à des supporteurs du club de football Zamalek avant un match, les violences liées au football les plus meurtrières depuis 2012.

Egypte : 22 morts dans les heurts entre police et supporteurs de foot

© Belga

Les heurts qui, selon un bilan officiel, ont également fait plus de 25 blessés, ont éclaté devant un stade du nord-est du Caire. Des supporteurs du club de football de Zamalek ont tenté de rentrer de force dans l'enceinte du stade pour assister à la première rencontre du championnat de première division ouverte au public depuis 2012.

La rencontre programmée contre le club d'Enbi se déroulait devant du public, et non à huis clos comme cela a été le cas pour la plupart des matches en Égypte depuis des violences meurtrières dans un stade à Port-Saïd en 2012.

Pour la rencontre de dimanche, le nombre de supporteurs autorisés à entrer dans le stade était limité à 10.000, mais "la foule à l'extérieur a rapidement dépassé ce chiffre et a tenté de prendre d'assaut les portes du stade et d'escalader les murs", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Des supporteurs membres du groupe des Ultra White Knight, dépourvus de ticket, ont tenté d'entrer de force pour assister au match, a indiqué la police.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, et les supporteurs ont tiré des feux d'artifice, selon la police et des témoins.

"Il y avait une voiture de police en feu", et la police a effectué "des tirs de chevrotine et des gaz lacrymogènes", a indiqué un témoin à l'AFP, précisant que "les gens se sont enfuis dans le désert" pour échapper aux heurts.

En réaction aux violences, le gouvernement a décidé de suspendre le championnat jusqu'à "une date qui sera décidée ultérieurement", selon un communiqué du bureau du premier ministre Ibrahim Mahlab.

Et la fédération égyptienne de Football a rétabli une interdiction pour le public d'assister aux matches, qui avait été partiellement levée en décembre par les autorités.

Malgré la gravité de la situation, la rencontre a eu lieu, ce qui a aggravé la colère des supporteurs.

À Port-Saïd en février 2012, à l'issue d'une rencontre remportée par le club local d'Al-Masry sur le célèbre club cairote Al-Ahly, des supporteurs d'Al-Masry s'en étaient pris à ceux de l'équipe adverse, provoquant des violences qui avaient fait 74 morts et des centaines de blessés.

Depuis cette catastrophe, le ministère de l'Intérieur n'autorisait qu'un nombre restreint de spectateurs à assister aux matches joués par les clubs égyptiens dans le cadre des compétitions continentales ainsi qu'aux matches de l'équipe nationale.

En savoir plus sur:

Nos partenaires