Egypte : 173 morts en 24H dans les heurts entre pro-Morsi et forces de l'ordre

17/08/13 à 13:12 - Mise à jour à 13:12

Source: Le Vif

Au moins 173 personnes ont été tuées dans toute l'Égypte depuis vendredi dans les heurts entre manifestants partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi et forces de l'ordre qui avaient reçu l'autorisation d'ouvrir le feu, a annoncé samedi le gouvernement. Parmi les victimes, figure le fils de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, tué par balles vendredi au Caire.

Egypte : 173 morts en 24H dans les heurts entre pro-Morsi et forces de l'ordre

© Image Globe

Détaillant le bilan, Chérif Chawki, porte-parole du bureau du Premier ministre, a indiqué que 95 personnes avaient notamment péri au Caire et 25 autres à Alexandrie (nord), la deuxième ville du pays.

Ce bilan, a-t-il précisé, inclut les décès recensés depuis vendredi après-midi et jusqu'à samedi à 10H00 du matin (08H00 GMT).

Les heurts qui ont éclaté au cours du "vendredi de la colère", une journée de manifestation décrétée par les Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi, ont en outre fait 1.330 blessés, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, 57 policiers ont été tués depuis trois jours, a-t-il déclaré sans préciser s'ils venaient ou non s'ajouter au 173 morts.

Vendredi, à l'issue de la prière de la mi-journée, des cortèges de partisans du président déchu étaient partis de nombreuses mosquées du pays, défiant une nouvelle fois les forces de l'ordre désormais autorisées à ouvrir le feu sur les manifestants hostiles.

Ils protestaient contre le "massacre" mercredi de près de 600 personnes, essentiellement dans la dispersion sanglante au Caire de partisans de M. Morsi, destitué et arrêté par l'armée début juillet.

Les Frères musulmans ont appelé à de nouvelles manifestations quotidiennes durant une semaine à compter de samedi.

Des soldats entrent sans violence dans la mosquée où les islamistes sont retranchés

Des soldats égyptiens ont pénétré samedi matin, sans avoir recours à la force, dans une mosquée du Caire où sont retranchés de nombreux partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi, selon des images de chaînes de télévision.

Cette intervention survient au lendemain d'une nouvelle journée de violences dans le pays qui s'est soldée par la mort d'au moins 83 personnes et alors que les pro-Morsi entendent poursuivre leurs manifestations pour protester contre un assaut des forces de l'ordre lancé mercredi contre leurs deux campements du Caire qui a tourné au carnage.

La chaîne privée égyptienne ONTV Live a montré des images de soldats entrant dans la mosquée Al-Fath du centre du Caire, alors que la télévision Al-Jazeera Egypte diffusait sur son site internet des images de militaires à l'intérieur de l'édifice religieux. Les soldats semblaient négocier avec les manifestants pour qu'ils quittent la mosquée.

Une manifestante à l'intérieur de la mosquée a déclaré à l'AFP par téléphone que les protestataires demandaient à ne pas être arrêtés, ou attaqués par des civils hostiles qui se sont rassemblés devant la mosquée.

La police avait débuté vendredi soir tard le siège de la mosquée, où seraient réfugiés près d'un millier de personnes selon le témoignage d'un autre manifestant joint par l'AFP. Ce chiffre ne pouvait être confirmé de source indépendante.

Des coups de feu ont été échangés au début de siège mais ont ensuite cessé, selon des manifestants joints par l'AFP.

La mosquée assiégée du Caire évacuée

Les partisans du président islamiste Mohamed Morsi retranchés dans une mosquée du centre du Caire ont été évacués samedi après-midi, ont annoncé des sources au sein des services de sécurité.

Les forces de l'ordre peinaient toutefois à prendre le contrôle du minaret de la mosquée Al-Fath, depuis lequel, selon l'agence de presse gouvernementale Mena, des tireurs avaient ouvert le feu sur les forces de l'ordre. Mais plus aucun tir ne résonnait en fin d'après-midi, ont assuré les sources de sécurité.

En savoir plus sur:

Nos partenaires