Ecosse: un camion poubelle fonce dans la foule à Glasgow, "plusieurs morts"

22/12/14 à 18:01 - Mise à jour à 21:16

Source: Belga

Le centre de Glasgow, première ville d'Écosse, a été le théâtre d'un accident tragique lundi à trois jours de Noël, un camion poubelle hors de contrôle ayant causé la mort de six personnes.

Ecosse: un camion poubelle fonce dans la foule à Glasgow, "plusieurs morts"

Glasgow © iStock

"Malheureusement, six personnes sont mortes dans le grave accident de la circulation su George Square", a déclaré la police écossaise, sans préciser l'identité de ces victimes. Au moins sept personnes ont été grièvement blessées, a précisé une porte-parole, qui n'exclut pas que ce chiffre augmente. La thèse d'un acte criminel ou délibéré a rapidement été écartée par les autorités tandis que les médias évoquaient la probabilité d'une crise cardiaque du conducteur de la benne à ordures qui aurait été vu s'effondrer sur son volant. Dans des rues commerçantes bondées, remplies de promeneurs en quête de leurs derniers cadeaux de Noël ou profitant de l'ambiance des fêtes de fin d'année, le camion poubelle de la municipalité a percuté des piétons sur environ 300 mètres sur Queen Street, entre le Musée d'art moderne (GOMA) et le Millennium Hotel situé sur George Square, et dans lequel il est allé s'encastrer. "Le conducteur de la benne à ordures a perdu le contrôle de son véhicule. Celui-ci est monté sur le trottoir, renversant tout le monde (...)", a raconté Melanie, témoin de la scène, sur la chaîne de télévision d'informations Sky News. "Il y avait un bébé dans une poussette et (le camion) a tout simplement continué à renverser les gens jusqu'à ce qu'il percute le bâtiment", a-t-elle ajouté, visiblement très choquée. L'accident a eu lieu vers 14H30 GMT et a nécessité l'intervention d'une dizaine d'ambulances. La police a tardé à donner un bilan précis car le camion a percuté plusieurs personnes sur plusieurs centaines de mètres. Cet accident intervient alors qu'un automobiliste a délibérément blessé 13 piétons à Dijon, en France, au cri d'"Allah Akbar" dimanche soir. Là aussi toutefois la thèse de l'attentat a été écartée. Le responsable, un Français de 40 ans né de mère algérienne et de père marocain, est un déséquilibré et son geste ne relève pas d'un acte terroriste, a déclaré lundi la magistrate chargée de l'enquête.

En savoir plus sur:

Nos partenaires