Écart salarial : les auteurs féminins vendent leurs livres 45% moins cher

02/05/18 à 13:33 - Mise à jour à 13:52

Les titres d'auteurs féminins sont en moyenne vendus à près de la moitié du prix de ceux écrits par des hommes, c'est ce que révèle une étude de plus de deux millions de livres.

Écart salarial : les auteurs féminins vendent leurs livres 45% moins cher

La différence de prix se manifeste aussi dans un même genre littéraire. Ainsi, en science-fiction par exemple, les livres écrits par les hommes seront vendus 9% de plus que ceux des femmes. © Pexels

En moyenne, les livres d'auteurs féminins coûtent 17,92 dollars de moins que ceux des auteurs masculins, avec un prix de 37,45 dollars contre 55,37 dollars. Tel est le résultat d'une étude réalisée par une sociologue et un mathématicien sur des millions de titres publiés en Amérique du Nord entre 2002 et 2012.

Dans l'ensemble, les livres des femmes publiés par les éditeurs traditionnels étaient en moyenne 45% moins chers que les livres des hommes, rapportent Dana Beth Weinberg et Adam Kapelner dans leur article. Pour arriver à un tel pourcentage, ils ont analysé le genre de chaque auteur en faisant correspondre leurs noms avec une liste de prénoms masculins et féminins, et en recoupant également les données avec des informations telles que le prix, le genre et la publication du livre.

Afin d'être les plus justes et impartiaux possible, les deux universitaires ont pris en compte une donnée importante : il y a plus d'auteurs féminins qui écrivent dans des genres tels que la romance - des livres vendus généralement moins chers que les genres dominés par la gent masculine, tels que la science. Mais même après avoir pris note de cette différence, ils ont constaté que les prix des livres d'auteurs féminins étaient inférieurs de 9% à ceux écrits par des auteurs du sexe opposé.

Des discriminations très marquées

Dana et Adam ne se sont pas contentés d'évaluer l'écart salarial : "Notre étude a examiné les trois types de discrimination : la ségrégation sexuelle par rapport au genre du livre, la différence de valeur accordée à ces genres et la différence de prix au sein du genre", a expliqué Dana Beth Weinberg. "VIDA [une association américaine pour les auteurs féminins] a attiré l'attention sur le fait qu'il y a un manque de représentation des auteurs féminins dans certains genres. D'autres ont notamment souligné que les livres écrits principalement par les femmes et pour les femmes, comme la fiction romantique, n'ont pas la valeur qu'ils méritent".

Si les universitaires ne se sont pas étonnés de trouver des preuves de ségrégation de genre et de différences de valeurs accordées à chaque genre, ils ont néanmoins été surpris du degré de cette discrimination.

"Nous nous attendions à ce que la prise en compte des deux premiers modèles de discrimination (ségrégation sexuelle du genre et différence de valeurs) fasse disparaître les différences de prix au sein d'un même genre", a déclaré la sociologue. "Mais nous nous sommes trompés. La différence de prix intra-genre (un écart de 9%) s'est déclarée à travers différentes analyses. Cette tendance reflète également l'inégalité salariale au sein des emplois que nous constatons dans l'ensemble de l'économie".

Des titres publiés par des éditeurs, ou indépendamment

Dans le cadre de leur recherche, Dana Beth Weinberg et Adam Kapelner ont également comparé les discriminations et l'inégalité dans l'édition indépendante et traditionnelle. Ils ont alors conclu que lorsque les auteurs évaluaient eux-mêmes leurs livres, l'égalité entre les sexes était plus grande. Et pourtant, la discrimination demeure : "Nous trouvons que l'édition indépendante, bien que plus égalitaire, reproduit en grande partie les schémas traditionnels de discrimination sexuelle".

L'écart de prix est ici de 7%, il serait dû à trois types de discriminations : une répartition inégale des auteurs masculins et féminins par genre de livre (discrimination allocative), une dévaluation des genres écrits principalement par des femmes (discrimination valorisante) et enfin, une baisse des prix dans les genres pour les livres d'auteurs féminins (discrimination au travail).

Dans ce schéma, l'axe des x représente les livres qui ont différentes valeurs marchandes (5% sont les livres les moins chers et 95% les livres les plus chers), l'axe des y représente l'écart des prix des livres féminins par rapport aux livres masculins.

Dans ce schéma, l'axe des x représente les livres qui ont différentes valeurs marchandes (5% sont les livres les moins chers et 95% les livres les plus chers), l'axe des y représente l'écart des prix des livres féminins par rapport aux livres masculins. © Dana B. Weinberg Adam Kapelner

"Les éditeurs et les auteurs partagent probablement un grand nombre des mêmes préjugés, notamment en ce qui concerne les genres littéraires qui seraient "appropriés" aux auteurs masculins et féminins et la valeur de ces genres. Les auteurs indépendants peuvent donc imiter inconsciemment ce qu'ils voient dans le monde de l'édition traditionnel", a encore ajouté la sociologue.

Au vu de cette légère amélioration, les chercheurs ont donc conclu qu'avec une plus grande liberté, les travailleurs de l'économie du secteur pourraient être enclins à une plus grande égalité, mais reproduiront en grande partie la discrimination actuelle du marché du travail et la faible valorisation des productions typiquement féminines.

Chavagne Mailys

Nos partenaires