Ebola: "On en fait trop"

06/09/14 à 13:13 - Mise à jour à 13:13

Source: Le Vif

Actuellement basé à Conakry (Guinée), où il travaille pour le compte de l'UE, l'ancien secrétaire à la mondialisation du CDH Dominique Weerts témoigne de son "ras-le-bol" à l'égard du catastrophisme ambiant autour du virus Ebola.

Ebola: "On en fait trop"

Les informations autour du virus relèveraient-elles du catastrophisme? © REUTERS/Timothy La Rose

"Si ce virus se propageait si facilement, une ville aussi insalubre que Conakry aurait déjà enregistré 100.000 morts, raconte-t-il au Vif/L'Express. Je ne constate aucune panique parmi les expatriés mais au contraire beaucoup d'agacement. Leurs familles ont des difficultés à les rejoindre après l'été, vu que les compagnies aériennes ont réduit leurs vols." Cela dit, la vigilance est de mise: "Nous n'allons plus dans les restos un peu douteux, on se lave les mains 50 fois par jour, les contrôles sanitaires à l'aéroport sont draconiens." Il ne compte donc pas partir, d'autant que la petite communauté de Belges sur place n'a reçu aucune consigne en ce sens.

En savoir plus sur:

Nos partenaires