Ebola: "Il ne faut pas céder à l'hystérie"

18/10/14 à 19:05 - Mise à jour à 19:05

Source: Belga

Le président américain Barack Obama a demandé samedi aux Américains de ne pas "céder à l'hystérie ou à la peur" face à l'épidémie d'Ebola, les appelant à se baser sur les faits.

Ebola: "Il ne faut pas céder à l'hystérie"

Barack Obama © AFP

Au cours de son allocution hebdomadaire, Barack Obama a aussi contesté les restrictions des voyages en provenance d'Afrique de l'ouest, l'épicentre de l'épidémie, assurant que de telles mesures ne feraient qu'aggraver la situation.

"Nous avons tous - citoyens, dirigeants, médias - une responsabilité, et un rôle à jouer", a lancé le président américain. "C'est une maladie grave, mais nous ne devons pas céder à l'hystérie ou à la peur, car cela ne fait que rendre plus difficile d'informer les gens avec précision. Nous devons être guidés par la science. Nous devons nous baser sur les faits", a demandé M. Obama.

Le bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique a continué de s'alourdir à 4.555 morts et 9.216 cas enregistrés, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon les derniers chiffres publiés vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les Etats-Unis ne font pas face à une "épidémie", a assuré le président des Etats-unis, où deux membres du personnel soignant ont été infectés et où un patient libérien, de retour de son pays, est mort du virus.

Alors que la peur d'Ebola se diffuse aux Etats-Unis, Barack Obama a admis que de nouveaux cas "isolés" étaient possibles. "Mais nous savons mener ce combat", a déclaré le président américain, et "si nous prenons les mesures nécessaires, si nous sommes guidés par la science - les faits, pas la peur -, alors je suis parfaitement convaincu que nous pouvons éviter une grave épidémie aux Etats-Unis et guider le monde dans cet effort urgent".

En savoir plus sur:

Nos partenaires