Droits de l'homme : les progrès de la Belgique salués

20/01/16 à 18:25 - Mise à jour à 18:24

Source: Belga

La Belgique a été largement félicitée mercredi à Genève pour les progrès accomplis dans le domaine des droits de l'homme depuis son dernier examen périodique universel (EPU), à l'occasion de la seconde session de cet examen des droits humains à l'Onu.

Droits de l'homme : les progrès de la Belgique salués

Conseil des droits de l'Homme de l'ONU © Reuters

De nombreuses recommandations ont néanmoins été émises concernant la création d'un mécanisme national indépendant des droits humains (INDH) et la ratification du protocole facultatif à la Convention contre la torture (OPCAT). Plusieurs pays se sont dits préoccupés par les discriminations raciales, religieuses et la xénophobie.

La majorité des 104 pays qui ont rendu leurs recommandations durant près de trois heures au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders ont salué les progrès de la Belgique dans le domaine des droits humains depuis l'examen de 2011, comme la ratification de la convention pour la protection de toutes personnes contre les disparitions forcées.

De nombreux États, comme l'Ukraine, le Royaume-Uni, la France et le Danemark, ont appelé la Belgique à fournir des efforts en vue de la ratification du protocole de convention contre la torture des Nations unies (OPCAT).

Autre sujet largement repris dans les recommandations: la mise en place d'un INDH conforme aux principes de Paris. Ces deux points figuraient parmi les engagements de la Belgique lors de son premier passage à l'EPU et n'ont pas encore été réalisés. "Des travaux préparatoires sont en cours pour la mise en place d'un tel institut. Concernant l'OPCAT, la procédure de ratification est en cours. Certaines entités fédérées l'ont déjà effectuée", a répondu M. Reynders.

Plusieurs pays arabes et musulmans, mais aussi d'autres régions du monde comme le Bélarus et le Brésil, se sont dits préoccupés par la discrimination raciale et l'islamophobie.

L'Iran et les Émirats Arabes Unis ont ainsi appelé la Belgique à adopter un plan d'action interfédéral de lutte contre le racisme, la xénophobie et l'islamophobie, alors que le Liban et l'Irak ont au contraire salué les efforts fournis par la Belgique contre la discrimination et la xénophobie.

La Hongrie et la Suisse ont demandé la ratification de la Convention-cadre du Conseil de l'Europe sur la protection des minorités nationales. "Un groupe de travail récemment mis en place est chargé de continuer d'étudier cette question", selon le chef de la diplomatie belge.

Le profiling ethnique et les violences policières illégitimes dans le contexte sensible des attentats, la poursuite les efforts engagés dans le plan de lutte contre les violences à l'encontre des femmes et familiales, la traite des êtres humains, une meilleure protection des migrants et des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) ont constitué les principaux thèmes abordés. La Moldavie s'est interrogée sur la légitimité de l'euthanasie des mineurs.

"La préparation du troisième cycle commence déjà maintenant", a conclu M. Reynders.

En savoir plus sur:

Nos partenaires