Double assassinats de policiers: 2 complices présumés du jihadiste inculpés et écroués

19/06/16 à 08:19 - Mise à jour à 08:32

Source: Belga

Deux complices présumés de Larossi Abballa, le jihadiste assassin d'un policier et de sa compagne près de Paris lundi, ont été inculpés samedi soir et écroués dans l'enquête sur cette nouvelle attaque en France au nom du groupe État islamique (EI).

Double assassinats de policiers: 2 complices présumés du jihadiste inculpés et écroués

© AFP

En garde à vue depuis mardi matin, Saad Rajraji et Charaf-Din Aberouz, 27 et 29 ans, sont connus de l'antiterrorisme français. Ils avaient été condamnés avec Abballa en septembre 2013 lors du procès d'une filière d'envoi de jihadistes au Pakistan.

Cinq jours après ce double assassinat de policiers, qui a ravivé la menace terroriste alors que la France accueille l'Euro de football, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire, notamment pour "assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique (...) et complicité" et "séquestration (...) d'un mineur de moins de 15 ans", en lien avec une entreprise "terroriste".

Les deux hommes ont été inculpés pour "association de malfaiteurs terroriste" criminelle, les juges antiterroristes ne retenant pas à ce stade une complicité directe dans le double assassinat. Comme l'avait requis le parquet de Paris, ils ont été placés en détention provisoire.

Rajraji et Aberouz avaient été interpellés et placés en garde à vue mardi, en même temps qu'un troisième homme, qui a été relâché sans faire l'objet de poursuites.

Larossi Abballa a assassiné à coups de couteau lundi soir un policier français, Jean-Baptiste Salvaing, et sa compagne, Jessica Schneider, à leur domicile de l'ouest de Paris avant d'être abattu par une unité d'élite de la police.

Il a revendiqué son acte au nom de l'EI auquel il a affirmé avoir prêté allégeance trois semaines auparavant.

Les enquêteurs français tentent d'établir s'il a bénéficié de complicités dans la préparation et l'exécution de son crime.

Cette attaque, la première en France depuis les attentats de Paris en novembre 2015 (130 morts), est également inédite par son mode opératoire avec des victimes individuelles ciblées pour leur profession à leur domicile.

En savoir plus sur:

Nos partenaires